/world/usa
Navigation

16 choses à savoir pour comprendre le scandale Huawei

Coup d'oeil sur cet article

La directrice financière de Huawei a comparu mardi devant un tribunal canadien pour modifier les termes de sa liberté conditionnelle à Vancouver, au lendemain de la publication par la justice américaine des chefs d’accusation motivant sa demande d’extradition.

Voici tout ce que vous devez savoir pour comprendre le scandale Huawei impliquant le Canada, les États-Unis et la Chine.

1. Depuis 1987, l’entreprise chinoise Huawei est devenue l'un des plus gros fabricants de cellulaires et de télécommunications au monde.

2. Depuis plusieurs mois, le gouvernement américain se méfie de la puissance commerciale de Huawei et redoute que l’entreprise se serve de ses appareils pour faire du cyberespionnage. 

​3. Leurs produits sont vendus au Canada par Bell, Rogers, Telus et Vidéotron.

4. Huawei travaille aussi avec Bell et Telus pour mettre sur pied un réseau sans fil 5G, une technologie qui devrait être de plus en plus importante dans nos systèmes de communications dans les prochaines années.

5. La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, a été arrêtée à Vancouver le 1er décembre à la demande des enquêteurs américains.   

6. Son arrestation par le Canada a créé une crise diplomatique avec la Chine, car des discussions avaient été amorcées en vue d’un accord de libre-échange Chine-Canada.

7. Le 29 janvier, la justice américaine a formellement accusé Huawei, ses filiales et Meng Wanzhou.

8. Les chefs d’accusation sont liés à la dissimulation des activités de Huawei en Iran.

9. Ces accusations surviennent dans un contexte délicat: le président américain Donald Trump a déclenché en 2018 une guerre commerciale avec son annonce controversée de nouvelles taxes douanières.   

10. La Chine croit que les États-Unis veulent enrayer le développement de Huawei dans un but politique.

11. La Chine reproche au Canada d'obéir aveuglément aux États-Unis.

12. Depuis le début de la saga, les autorités chinoises ont arrêté deux Canadiens, Michael Kovrig et Michael Spavor. Ils sont détenus en Chine depuis le mois de décembre. 

13. Les autorités chinoises les ont accusés d’avoir mis en danger la sécurité nationale, mais Pékin assure que ces mesures n’ont pas de lien avec l’affaire Huawei.

14. Meng Wanzhou pourrait être accusée des mêmes crimes au Canada. 

15. Le 28 janvier, les États-Unis ont demandé son extradition. Elle serait alors livrée aux États-Unis pour y être jugée.

16. Le Canada doit gérer cette crise diplomatique sans son ambassadeur à Pékin, John McCallum, congédié par Justin Trudeau pour avoir dit que ce serait «très bien pour le Canada» si Washington renonçait à demander l’extradition de Mme Meng.