/sports/baseball/capitales
Navigation

Les Cubains et les Japonais attendus au Stade Canac face aux Capitales

Ils disputeront chacun une série de trois matchs à Québec

La formation cubaine lors de son dernier passage au Stade Canac à l'été 2017.
PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANCOIS DESGAGNES La formation cubaine lors de son dernier passage au Stade Canac à l'été 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Les amateurs des Capitales et de la Ligue Can-Am de baseball indépendant auront droit à des retrouvailles l’été prochain au Stade Canac. L’équipe nationale cubaine et une délégation de joueurs étoiles japonais effectueront un retour à Québec dans le cadre des matchs internationaux du calendrier 2019.

Oubliés l’été dernier après des performances plutôt décevantes à leur deuxième visite en sol nord-américain en 2017, les Cubains se pointeront cette fois dans les différents stades du circuit indépendant en prévision de leur participation aux Jeux panaméricains à Lima, au Pérou, à la fin juillet.

Ils seront dans la Vieille Capitale pour une série de trois rencontres, du 18 au 20 juin.

À leur premier arrêt, en 2016, les représentants de l’île socialiste avaient conservé une fiche positive de 11-9.

L’an passé, la présence des Dominicains avait tourné au cauchemar, si bien que la sélection avait été remplacée en pleine tournée pour la portion canadienne.

« Ç’a fait du bien de prendre une pause. La deuxième année avait été plus difficile et ils avaient plein de choses à régler concernant le baseball dans leur pays [...] Les règles ont tellement changé que la situation est belle et ils étaient contents qu’on revienne vers eux. Quand on les a appelés, il y a deux mois, ils ont dit oui d’emblée », a résumé le président des Capitales, Michel Laplante.

Entente importante

Laplante et quelques-uns de ses partenaires de la Can-Am se sont d’ailleurs rendus à La Havane, la capitale du pays, dans les dernières semaines pour ficeler le tout.

L’entente conclue en décembre entre le baseball majeur, l’Association des joueurs et les dirigeants du baseball cubain pour permettre aux joueurs de signer des contrats sans faire défection a facilité la réussite du projet, selon Laplante. Ce dernier s’attend à voir une équipe « compétitive » débarquer sur la pelouse synthétique du parc Victoria.

« Si le joueur décide de partir à New York, la MLB [baseball majeur] ne le signera pas sans l’accord de la fédération. Alors le joueur n’a pas intérêt à faire semblant de partir. Puis, avec les Panams, ils voient vraiment ça comme un tremplin pour préparer leur équipe. Le fait qu’il y ait l’ouverture [avec le baseball majeur], les joueurs veulent s’en servir comme visibilité auprès des dépisteurs », a souligné Laplante.

Laplante estime à 95 % les chances que deux arbitres cubains viennent épauler ceux de la Can-Am pendant la tournée.

Quant à la possibilité que des joueurs du régime se joignent aux Capitales pour une sixième année consécutive, le président s’attend à une réponse favorable au cours des prochaines semaines.

Le gérant Patrick Scalabrini a dressé une liste de candidats qui a été soumise à la Fédération cubaine de baseball.

« Patrick aimerait en avoir trois, mais c’est sûr qu’ils partiront trois semaines pour les Panams, et l’an passé, Patrick a trouvé ça dur [quand ils sont partis aux Jeux d’Amérique centrale et des Caraïbes]. »

Le Japon : un naturel

L’équipe d’étoiles de la ligue japonaise de l’île de Shikoku se frottera pour sa part aux Capitales du 28 au 30 juin.

Elle en sera aussi à son troisième séjour après ceux de 2015 et de 2016.

« Ça permet aux amateurs de voir un baseball différent qui n’est pas en puissance », s’est réjoui Laplante.