/investigations/transports
Navigation

Le retour du NM F.-A. Gauthier se fera attendre encore longtemps

La STQ achètera un traversier de relève bâti en 2010

bateau FA Gauthier
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le NM F.-A. Gauthier étant loin d’être prêt à sortir du chantier Davie, où il subit des réparations majeures, la Société des traversiers du Québec (STQ) s’apprête à sortir encore le chéquier pour se procurer un navire de relève auprès d’une société basée à Malte.

Qualifié il n’y a pas si longtemps de « citron » par la CAQ, le traversier italien mis en service il y a moins de quatre ans ne sera vraisemblablement pas de retour à Matane cet été, a appris notre Bureau parlementaire.

Rappelons qu’après avoir éprouvé une nouvelle série de problèmes pendant les Fêtes, la STQ a dû mettre en place d’urgence un service aérien pour pallier l’absence de liaison maritime entre Matane, Baie-Comeau et Godbout.

Au début du mois de janvier, le NM F.-A. Gauthier a été renvoyé en cale sèche à Lévis, où d’importants travaux se poursuivent sur les propulseurs.

La STQ ne serait pas au bout de ses peines avec son navire construit au coût de 175 M$ par le chantier Fincantieri.

Maintenir le service

Le CTMA Vacancier, qui a pris la relève au début janvier, doit reprendre du service aux îles de la Madeleine dès vendredi.

Pour éviter une interruption de service, la STQ a déboursé 2,1 M$ pour acquérir le NM Apollo, dont la construction remonte à 1970.

Ironiquement, il est plus âgé que le prédécesseur du NM F.-A. Gauthier, le Camille-Marcoux, construit en 1974, et dont l’envoi au recyclage a coûté 2,3 M$.

Contrairement au NM F.-A. Gauthier, qui peut transporter 800 passagers et 180 véhicules, le NM Apollo peut accueillir seulement 240 passagers et 80 véhicules.

Il devait entrer en service vendredi, mais la STQ a annoncé mercredi soir la prolongation de sa période « d’opérationnalisation ».

Dans l’attente, le CTMA Voyageur entrera en service pour effectuer un seul aller-retour par jour, avec un accès prioritaire aux camions lourds. Deux allers-retours quotidiens seront offerts par avion à partir de Mont-Joli. À la STQ, on assure qu’il s’agit d’une solution « temporaire ».

Construit en Norvège

Pour pallier la situation de façon plus « permanente », la STQ s’apprête donc à faire l’acquisition d’un autre navire de relève : le NM Saaremaa, plus récent celui-là, et dont la construction remonte à 2010, en Norvège.

Il s’agit d’un traversier identique à deux autres navires achetés récemment par Labrador Marine pour ses dessertes entre Terre-Neuve et Blanc-Sablon : les NM Qajaq W et Hiiumaa, qui ont servi dans les eaux estoniennes de 2010 à 2017.

Ces navires peuvent transporter entre 120 à 150 véhicules et environ 600 passagers, exactement comme l’indique un avis d’intention publié la semaine dernière par la STQ, sans préciser de coût d’acquisition.

À défaut d’obtenir une meilleure proposition d’ici le 4 février prochain, la STQ ira de l’avant avec le Saaremaa, qui est présentement amarré en Allemagne.

L’avis d’intention précise que le navire devra lui être livré au plus tard le 31 mars, au port de Québec, pour une mise en service entre Matane et la Côte-Nord le 20 avril 2019.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.
Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions