/news/politics
Navigation

Un ministre caquiste a autorisé le congédiement d’un lanceur d’alerte

Un ministre caquiste a autorisé le congédiement d’un lanceur d’alerte
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Le ministre de l’Agriculture André Lamontagne a « personnellement autorisé » le congédiement d’un lanceur d’alerte qui a dénoncé l’ingérence du privé dans la recherche publique sur les pesticides.

« La décision qui a été prise par le ministère, je l’ai personnellement autorisée à la lumière des informations que j’ai recueillies, à la lumière des questions que j’ai posées. C’est la décision que j’ai jugé qui était importante de prendre », a affirmé M. Lamontagne dans une mêlée de presse en marge du caucus présessionnel de la Coalition avenir Québec, à Gatineau.

« Documents accablants »

L’agronome d’expérience Louis Robert a été limogé jeudi dernier parce qu’il a donné à Radio-Canada des « documents accablants » qui démontraient l’ingérence du secteur privé dans la recherche publique sur l’utilisation des pesticides. Il avait auparavant prévenu ses supérieurs, mais a été insatisfait de leur écoute, selon le diffuseur public.

Dans le reportage de Radio-Canada, une note ministérielle confidentielle « faisait par exemple état de tentatives d’intimidation des chercheurs et d’ingérence dans la diffusion et l’interprétation des résultats de recherche ».

Quel message envoie donc le congédiement d’un lanceur d’alerte ? « Il faut être prudent dans ce dossier. Jamais je ne prendrais une mesure contre quelqu’un qui dénoncerait quelque chose qui irait à l’encontre de la santé publique. Il y a un ensemble de facteurs dans ce dossier qui ne sont pas tous connus », a dit le ministre Lamontagne.

Nébuleux

Il a laissé entendre que la cause du renvoi était plus large que ce qui est rapporté par Radio-Canada, mais il est resté nébuleux. « Je peux juste vous dire que c’est ma décision et que je suis très à l’aise avec », a-t-il affirmé. La lettre de licenciement de M. Robert indique plutôt qu’il a été limogé en raison du coulage de documents.

Le Parti québécois et Québec solidaire demandent maintenant à ce que Louis Robert soit embauché à nouveau. « Ça montre un problème d’opacité à l’intérieur du ministère. Les lanceurs d’alertes doivent être protégés », a déploré le député péquiste Sylvain Roy.

« L’agronome Louis Robert a 32 ans d’expérience au MAPAQ et est une sommité dans son domaine. À Québec solidaire, nous voulons le rencontrer, nous sommes prêts à entendre ce qu’il a à dire », a affirmé de son côté la solidaire Émilise Lessard-Therrien.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.