/news/politics
Navigation

Lanceur d'alerte congédié: Legault contredit un document officiel

Le congédiement d’un lanceur d’alerte au MAPAQ cause des remous

Caucus de la CAQ au casino de Gatineau
Photo Agence QMI, Marc DesRosiers

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | L’agronome et lanceur d’alerte Louis Robert n’a pas été congédié de la fonction publique pour avoir coulé des documents aux médias, affirme François Legault, qui contredit une lettre officielle.

« Ce n’est pas la raison pour laquelle il s’est fait congédier. C’est ce que lui prétend, ce n’est pas ce que dit le sous-ministre », a déclaré le premier ministre jeudi lors du point de presse de clôture du caucus présessionel de la CAQ.

La lettre de congédiement de M. Robert, qui a dévoilé des « documents accablants » démontrant l’ingérence du secteur privé dans la recherche publique sur l’utilisation des pesticides, stipule pourtant exactement le contraire.

« Je vous avise, par la présente, ma décision de vous congédier [...]. Vous avez fait preuve d’un manque de loyauté envers votre employeur en transmettant un document confidentiel au journaliste Thomas Gerbet. De plus, il s’agissait d’un geste planifié et volontaire », peut-on lire dans le document révélé par Radio-Canada.

François Legault soutient pourtant que les « sonneurs d’alertes sont importants ».

« Il faut être capable lorsque des employés voient des choses qui ne sont pas correctes, comme de la corruption, qu’ils soient capables d’avoir un accès direct à des décideurs », a-t-il dit.

Selon Radio-Canada, l’agronome Louis Robert a tout d’abord prévenu sans succès ses supérieurs de l’ingérence du secteur privé des pesticides dans la recherche publique.

Il a ensuite refilé au média une note ministérielle confidentielle qui « faisait par exemple état de tentatives d’intimidation des chercheurs et d’ingérence dans la diffusion et l’interprétation des résultats de recherche ».

« Victime d’un acte politique »

Un ancien supérieur de Louis Robert estime que l’agronome a été victime d’un geste politique.

« Quand le ministre Lamontagne dit qu’il a autorisé la mise à pied de Louis Robert, ça devient un acte politique », estime Étienne Pouliot, ex-directeur régional du MAPAQ de la Chaudière-Appalaches.

Aujourd’hui retraité, il avait recruté l’agronome à l’époque et affirme que celui-ci faisait « une job magistrale ».

Cet ex-gestionnaire de haut niveau ne croit pas le premier ministre quand il affirme que d’autres raisons ont mené au congédiement de Louis Robert.

Une lettre de congédiement énumère habituellement tous les reproches faits à l’employé, soutient-il.

« Dire ça, c’est un petit peu diffamatoire, ajoute Étienne Pouliot. C’est insinuer qu’il y a autre chose. »

« Incompréhensible »

Les propos du premier ministre Legault ont également choqué le président du Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec.

« Il est incompréhensible de voir le premier ministre protéger son ministre et continuer d’insinuer qu’ils avaient d’autres reproches à faire à M. Robert, alors que la lettre de congédiement n’en fait pas état. Sa feuille de route d’une carrière de 32 ans est irréprochable », affirme Richard Perron.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.