/news/transports
Navigation

Épreuve des faits: les demi-vérités du fondateur de Téo Taxi

Téo Taxi
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain de la fermeture de Téo Taxi, Alexandre Taillefer est sorti de son mutisme dans une longue lettre ouverte et dans plusieurs entrevues médiatiques. Le Journal a soumis plusieurs de ses déclarations à l’épreuve des faits.    

Autonomie      

► Ce qu’il a dit  

Les véhicules électriques offriront enfin en 2019 les autonomies requises pour fonctionner avec beaucoup moins de contraintes.      

► Les faits  

Vrai. La flotte de voitures de Téo était composée principalement de véhicules dont l’autonomie était de moins de 200 km, ce qui limite le nombre de courses que peut effectuer un chauffeur avant de devoir recharger sa voiture. Pour surmonter cette difficulté, Téo devait opter pour des véhicules haut de gamme, comme la Tesla S, dont le prix peut dépasser 100 000 $. Selon les données de Ressources naturelles Canada, plusieurs nouveaux modèles plus abordables font effectivement leur entrée sur le marché en 2019 et offrent une autonomie avoisinant les 400 km.            

  •  REVOYEZ le passage d'Alexandre Taillefer à Dutrizac de 6 à 9:    

  

Bornes      

► Ce qu’il a dit  

Téo possède la plus importante infrastructure de recharge pour voitures électriques au Québec. Elle est déjà fonctionnelle et pourrait être récupérée à une fraction du coût payé par le Circuit électrique, filiale d’Hydro-Québec.      

► Les faits  

Hydro-Québec ne ferme pas la porte à acquérir les bornes de recharge de Téo Taxi. «On va analyser le tout. Or, il faudra voir si ces bornes sont compatibles avec celles utilisées par le Circuit électrique. Il faut que cette technologie fonctionne avec notre réseau déjà existant. Il faudra voir les coûts», a indiqué mercredi un porte-parole de la société d’État, Louis-Olivier Batty.      

Rentabilité      

► Ce qu’il a dit  

La structure tarifaire est viciée et fait en sorte que le taxi traditionnel fait moins d’argent quand la demande est à son apogée.      

► Les faits  

Les taxis ne font pas moins d’argent en période de pointe, mais ils pourraient en gagner plus si le tarif pouvait augmenter en fonction de la demande, comme le fait Uber. M. Taillefer confond la notion de perte d’argent avec le gain potentiel des taxis si la réglementation leur permettait d’imposer de plus hauts tarifs lors d’une très forte demande, comme après un spectacle, par exemple. Ce changement éliminerait toutefois les options plus abordables pour les consommateurs.      

Autos illégales      

► Ce qu’il a dit  

Les voitures électriques fonctionnent, elles remplissent leur mission, mais elles ne pourront plus être utilisées au lendemain de la fermeture de l’entreprise. Leur empattement ne correspond pas aux normes établies par le ministère des Transports du Québec. Elles ne pourront pas être louées à des chauffeurs indépendants, et la marque disparaîtra.      

► Les faits  

C’est vrai que ses Kia Soul ont un empattement trop petit pour la réglementation des taxis. Toutefois, Téo taxi avait à sa disposition 42 Tesla de modèles S et X, ainsi que des Nissan Leaf, qui ont les empattements réglementaires et pourraient avoir une deuxième vie comme taxis. Malheureusement pour M. Taillefer, les actifs d’une entreprise sont vendus au plus offrant. Peu importe la longueur de l’empattement, ce n’est donc pas garanti que les voitures vertes et blanches continueront d’offrir des services de taxi.      

UBER      

► Ce qu’il a dit  

Il est impensable que nous favorisions comme société une entreprise étrangère qui s’est moquée de notre réglementation à son arrivée et qui bénéficie d’une flexibilité complète, alors que le gouvernement maintient l’industrie traditionnelle dans un cadre qui finira par avoir sa peau.      

► Les faits  

Uber ne bénéficie pas d’une flexibilité complète. L’entreprise est encadrée par un projet pilote du gouvernement qui l’oblige notamment à remettre à Revenu Québec les taxes de vente pour chaque course, à former ses chauffeurs, et qui l’empêche d’offrir ses services ailleurs qu’à Montréal, Québec et Gatineau. Toutefois, contrairement aux taxis, Uber peut augmenter son tarif de base en fonction de la demande.      

– Avec la collaboration de Marie-Christine Trottier et de Jean-François Gibeault du Bureau d'enquête