/sports/hockey/remparts
Navigation

L’hommage à Maurice Filion vole le show au Centre Vidéotron

Le souvenir du grand bâtisseur québécois a été immortalisé devant plusieurs vedettes

Une bannière rendant hommage à la contribution de l’ancien entraîneur et directeur général Maurice Filion a été hissé vendredi soir à titre posthume dans les hauteurs du Centre Vidéotron.
Photo Didier Debusschère Une bannière rendant hommage à la contribution de l’ancien entraîneur et directeur général Maurice Filion a été hissé vendredi soir à titre posthume dans les hauteurs du Centre Vidéotron.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré la présence des plus grandes vedettes de l’histoire des Remparts, c’est l’hommage à Maurice Filion, décédé en 2017, qui a volé la vedette lors des cérémonies marquant le 50e anniversaire de la LHJMQ vendredi au Centre Vidéotron.

Une bannière en hommage posthume a été hissée dans les hauteurs du Centre Vidéotron pour souligner l’importante contribution de Filion à titre d’entraîneur des Remparts et de directeur-gérant des Nordiques de Québec.

Une bannière rendant hommage à la contribution de l’ancien entraîneur et directeur général Maurice Filion a été hissé vendredi soir à titre posthume dans les hauteurs du Centre Vidéotron.
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

À sa deuxième saison à la barre, Filion a mené les Remparts à la conquête de la Coupe Memorial en 1971 dans une victoire face aux Black Hawks de St.Catharines. Il a remporté deux fois la Coupe du Président.

Embauché comme recruteur avec les Nordiques dans l’AMH en 1972, Filion devient entraîneur-chef après quelques parties seulement à la suite du départ précipité de Maurice Richard. Il occupe le poste de directeur-gérant à compter de 1974 et suivra les Nordiques à leur entrée dans la LNH en 1979 jusqu’en 1992.

« Maurice mérite cet honneur à cent pour cent, a résumé Guy Lafleur. Il a tellement fait pour le hockey. Je suis tellement fier pour lui. C’est malheureux qu’il n’ait pas été honoré avant, mais mieux vaut tard que jamais. Avec les Remparts, Maurice a été plus qu’un bâtisseur. Il a été comme un père pour les joueurs. Il nous a fait comprendre le bien et le mal. On ne comprenait pas tout le temps, mais il nous a beaucoup aidés. »

Une bannière rendant hommage à la contribution de l’ancien entraîneur et directeur général Maurice Filion a été hissé vendredi soir à titre posthume dans les hauteurs du Centre Vidéotron.
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

« On parle beaucoup des Remparts ce soir, mais l’hommage à Maurice Filion est ce qu’il y a de plus important, renchérit André Savard. C’est un honneur pleinement mérité. Parce que le Canadien Junior me recrutait, j’avais le choix et c’est Maurice qui est venu me chercher à Amos. Sans le savoir, j’ai pris la bonne décision. »

Au temple de la renommée

Après son départ des Nordiques, Filion a travaillé comme préfet de discipline dans la LHJMQ jusqu’à 2005. Il a été intronisé au Temple de la renommée du circuit Courteau en 2006. « Il a apporté beaucoup de crédibilité. C’était un gars qui avait une prestance. Il est arrivé à une période où il a fait un bon ménage disciplinaire chez nos entraîneurs. Il a pénalisé les joueurs comme il devait le faire. Son fait d’armes, je pense, a été la suspension à Alexandre Daigle, qui était l’un de nos joueurs vedettes à cette époque. En plus d’avoir Victoriaville qui était déçu et choqué de la suspension, on avait les autres clubs qui perdaient la chance d’avoir Daigle dans leur aréna, lui qui remplissait les arénas à ce moment. Il a amené beaucoup pour la ligue et il m’a amené beaucoup à moi personnellement. »

Honneur pour la famille

Ses fils Raymond, Marc et Mario, ses petits enfants et son épouse étaient présents. « C’est un grand honneur pour la famille que toutes ces années de travail soient reconnues, a souligné Raymond. On parlait peu de hockey à la maison. Il ne transportait pas ses problèmes à la maison, et, de notre côté, on ne s’intéressait pas aux fins détails du hockey. »