/lifestyle/food
Navigation

«J’aime préparer de bons petits plats et me détendre» - René Richard Cyr

ART - RENE-RICHARD CYR
Photos Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Résumer la carrière du metteur en scène René Richard Cyr en un paragraphe est impossible puisque son parcours et ses réalisations­­­ depuis trente ans, sont immenses. Cet homme a manifestement plusieurs vies... dans cette vie. Ce n’est pas pour rien que Jérôme Ferrer, du restaurant du même nom, a fait appel à lui pour faire la mise en scène de son nouveau restaurant concept. Une idée étrange, pensait alors René Richard qui, pourtant, s’est pris au jeu, et chacun a nourri l’autre dans son domaine. René Richard Cyr passe du monde du visuel et de la parole au monde du visuel et de la bouche avec délectation. Côté cuisine, René Richard atteste qu’il adore faire la cuisine, particulièrement de bons braisés et mijotés. « J’aime les choses simples et savoureuses. Je n’ai pas beaucoup de temps libre, mais lorsque cela arrive, j’aime me détendre et préparer de bons petits plats. »

Questionnaire gourmand

Présente-moi ton accessoire de cuisine fétiche...

Une mandoline. J’aime trancher les légumes finement. En plus, évidemment, ça représente une économie de temps et ça assure la régularité de la coupe.

As-tu d’autres accessoires qui te facilitent la vie dans ta cuisine ?

ART - RENE-RICHARD CYR
Photo Adobe Stock

À la blague, je te dirai des pots de conserve, car j’adore faire mes conserves de légumes marinés pour l’année. Des betteraves surtout, un péché mignon de gourmandise. Ça aussi, pour dire la vérité, c’est bien pratique, en fait, j’aime les choses utiles en cuisine, et sûrement aussi dans la vie.

Pour toi, un bon repas et une soirée parfaite, c’est quoi ?

Des amis, du temps, du vin et de l’amour dans les plats. Il faut dire aussi que j’aime être à la maison. Mon travail occupe beaucoup de mon temps, alors être à la maison et recevoir des amis, c’est quelque chose qui est plutôt rare, et j’en profite lorsque cela arrive.

Essaies-tu tes recettes avant de les servir à tes invités ?

ART - RENE-RICHARD CYR
Photo Adobe Stock

Oui, j’ai mes classiques. Si je fais un bon bœuf bourguignon, par exemple, ou ma super lasagne dont tout le monde dans mon entourage raffole, ça ne me gêne pas, je fais ce qui plaira à coup sûr. Sinon, je suis plus aventureux culinairement lorsque je suis seul avec mon chum. Comme dessert, je vais faire un bon pouding chômeur ou une belle croustade à l’avoine et aux pommes, c’est délicieux avec une crème glacée à la vanille.

Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es le plus fier.

Ce n’est pas un très grand exploit, mais je suis un spécialiste des crêpes. Pour la petite histoire, lorsque j’étais petit, c’est la première recette que j’ai faite et j’avais un bonheur­­­ fou à la préparer le dimanche. Il y avait là beaucoup de fierté pour le petit bonhomme que j’étais à faire plaisir à ses parents.

Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

Oh là là ! Oui des poitrines de poulet trop épicées au thym que j’avais préparées pour le beau-frère. C’était tellement­­­ mauvais, surtout à cause de la quantité de thym qui a complètement oxydé avec la cuisson, affreux.

Meilleure expérience culinaire à vie ?

Tu ne seras pas surpris (rire), Europea de Jérôme Ferrer. J’y suis allé à quelques reprises et je me délectais de ses créations culinaires. Mais lorsqu’il m’a contacté pour son nouveau projet, je lui ai dit, ben voyons, tu n’as pas besoin d’un metteur en scène. Nous avons travaillé en équipe, afin de créer une expérience culinaire inédite.

Ça sentait quoi, chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petit ?

Souvent la bonne soupe et malheureusement, quelquefois, le boudin trop odorant. Pourtant aujourd’hui, j’adore ça le boudin. Comme quoi... Je dois ajouter que mes parents avaient un petit dépanneur avec un comptoir de crème glacée. L’épicerie se remplissait chaque fois que mon père servait, car il faisait de grosses boules de crème glacée. Il était généreux et le mot se passait vite chez les clients.

As-tu un rêve culinaire ? Par exemple, un resto où tu souhaites aller, un projet culinaire, un vin rare à déguster... ?

ART - RENE-RICHARD CYR
Photos Martin Alarie

Sincèrement, le nouveau Europea. Des aventures, j’en ai vécu. Celle-ci pose le défi, pour un chef et un metteur en scène, de vouloir briser les codes du monde de la restauration haut de gamme traditionnelle, afin de créer un environnement d’évasion culinaire festif. Après quelque temps de mise en route, les commentaires des clients me rassurent et me prouvent que, malgré quelques doutes légitimes en cours de création, nous n’avons pas été trop loin dans nos folies.

Fromage préféré ?

J’adore les fromages et particulièrement le Victor et Berthold.

De quoi ne peux-tu pas te passer en cuisine ?

ART - RENE-RICHARD CYR
Photo Adobe Stock

Le beurre, impossible de vivre sans.

Gourmandise coupable ?

Du chocolat avec un peu de chocolat dans du chocolat (rire)

Livre de recettes préféré ?

Je suis sur le web lorsque je cherche une info culinaire.

Son carnet d’adresses

Tes restos préférés ?

L’Express, La Brasserie T, Luciano Trattoria. J’aime aller au Rouge Orange à Montréal.

Resto préféré pour sortir en tête-à-tête ?

À la maison préférablement, sinon, une valeur sûre, Da Emma dans le Vieux-Montréal.

Resto préféré pour tes sorties en groupe ?

L’Express, un grand classique que j’ai souvent fréquenté après les spectacles.

Boutique gourmande préférée ?

ART - RENE-RICHARD CYR
Photo courtoisie

Le Cartet sur McGill, puisque c’est dans mon secteur de vie, c’est bien pratique.

Resto préféré à l’extérieur de Montréal ?

Timgad, un formidable restaurant marocain à Paris.
Photo courtoisie
Timgad, un formidable restaurant marocain à Paris.

Le Colbert, un restaurant simple et agréable et le Timgad, un formidable restaurant marocain. Il faut dire que j’ai vécu à Paris quelques mois, alors les amis me faisaient découvrir plein de bons restos.

Vin préféré ?

J’avoue avoir un faible pour les vins blancs de la grande région de la Loire et les chablis aussi. Les bordeaux rouges, mais dernièrement, j’ai découvert le sancerre rouge, et j’aime bien ça. Pour moi, l’apéro, c’est souvent un campari.

Produits culinaires chouchous ?

Le riz arborio pour faire un bon risotto crémeux ou un carnaroli pour un risotto plus ferme.

Recette fétiche ?

Le foie de veau, surtout celui de L’Express, un must.

Ton style de cuisine préféré ?

Uniquement la cuisine faite avec amour et respect.