/weekend
Navigation

Shakespeare s’amène au cirque

Shakespeare s’amène au cirque
Photo courtoisie, Stéphane Bourgeois

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir été présenté à Québec, c’est au tour de Montréal d’accueillir la nouvelle mouture de la pièce de Shakespeare, Le Songe d’une nuit d’été. Campée dans une forêt enchantée, ce récit fantastique deviendra des plus festifs grâce à trois acrobates qui s’ajoutent à dix comédiens et un chanteur.

La coproduction du Théâtre le Trident de Québec et FLIP Fabrique, qui a fait ses preuves dans l’art circassien, avait fait fureur dans la Vieille Capitale en 2017 lors de ses représentations. La comédie de Shakespeare est ainsi réinventée par une relecture originale et les acrobaties qui apportent dynamisme et vitalité à ce classique.

La pièce, qui aborde le rêve, les fées et les amours avec un aspect mystique, était l’objet théâtral par excellence pour un amalgame de ces deux disciplines que l’on voit peu souvent sur nos scènes.

« Les trois acrobates sont intégrés un peu partout dans le spectacle », explique le metteur en scène Olivier Normand.

Ode au désir

Le désir demeure l’essentiel de la pièce. L’histoire est sensuelle et magique. On suivra d’ailleurs deux jeunes couples follement amoureux qui sont en fuite.

« Je tenais à ce que les acrobates soient en quelque sorte une extension du désir des personnages », précise le metteur en scène.

« Les acrobates sont à la fois des personnages et également le dédoublement des personnages. En plus, deux des acrobates ressemblent beaucoup physiquement à deux des acteurs principaux pour en faire leur double. On les voit ainsi dans leur rêve, dans une autre dimension. »

Ainsi, les acrobates ajoutent à la progression dramatique par leurs gestes et leurs mouvements.

Moment charnière de ce classique, un philtre d’amour sera consommé afin d’étourdir les esprits et, du coup, fera déchaîner diverses passions. Des couples se briseront, tandis que d’autres se formeront.

À partir de là, nombreux quiproquos et situations loufoques viendront amuser les spectateurs. De nombreuses discordes au sein des couples seront aussi au rendez-vous.

Parallèlement, dans cette même forêt enchantée, une troupe de théâtre se construit et des personnages se dessinent.

Des personnages colorés

La pièce compte plusieurs personnages, dont un roi, une reine et des fées. Un chanteur s’ajoute également à la distribution.

« J’ai voulu conserver les sonnets en anglais, dans leur langue originale », souligne Olivier Normand, qui ajoute que le tout est ponctué de musique contemporaine.

D’ailleurs, la pièce s’amorcera dans un univers contemporain, puis d’autres personnages d’une autre époque viendront s’introduire.

Au désir, s’ajoutera l’envie de rêver. Nous sommes dans le spectaculaire, nous dit-on.

La pièce fera ensuite l’objet d’une tournée au Québec.

Le Songe d’une nuit d’été

Auteur : D’après Shakespeare

Traduction : Michelle Allen

Mise en scène : Olivier Normand

Distribution : Marc Auger, Josué Beaucage, Emmanuel Bédard, Hugues Frenette, Jean-Michel Girouard, Valérie Laroche, Arielle Lauzon, Maude Boutin-St-Pierre, André Robillard, Jean-Sébastien Ouellette, Marilyn Perreault, Mary-Lee Picknell, Tristan Robquin et Mathias Reymond

Du 30 janvier au 10 février

À la TOHU