/news/green
Navigation

Un espoir pour les baleines noires

Des mesures mises en place par Ottawa pour protéger cette espèce pourraient commencer à porter des fruits

Coup d'oeil sur cet article

Plus d’un an après la mise en place de mesures pour protéger les baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent, les scientifiques ont observé quatre nouveau-nés et cinq femelles possiblement enceintes, au cours des dernières semaines, ce qui pourrait signifier que les restrictions mises en place par le gouvernement fédéral commencent à porter des fruits.

Un baleineau, vu le 28 janvier dernier dans les eaux américaines.
Photo courtoisie,Florida Fish and Wildlife Conser
Un baleineau, vu le 28 janvier dernier dans les eaux américaines.

Pêches et Océans Canada a imposé, depuis août 2017, une réduction de la vitesse de navigation des navires dans le golfe du Saint-Laurent et des restrictions dans certaines zones de pêche, après que 18 baleines noires ont été retrouvées mortes cette même année. Certains des décès avaient alors été attribués à des collisions avec des bateaux ou à des enchevêtrements dans des filets de pêche.

Or, pour la première fois depuis longtemps, des observations encourageantes concernant cette espèce ont été effectuées par les scientifiques.

Une mère gestante potentielle, aperçue en janvier au large de la Floride.
Photo courtoisie, Florida Fish and Wildlife Conser
Une mère gestante potentielle, aperçue en janvier au large de la Floride.

Naissances

Quatre baleineaux ont été aperçus le 28 décembre ainsi que les 13, 18 et 28 janvier près des côtes de la Floride. Cinq femelles potentiellement enceintes ont aussi été observées.

Les baleines noires de l’Atlantique Nord se déplacent chaque année du golfe du Saint-Laurent à la Floride. Les femelles donnent naissance au large des États-Unis pendant l’hiver et reviennent passer l’été dans les eaux du Québec.

Scientifiques encouragés

Selon le spécialiste Phil Hamilton, trois des quatre mères de ces nouveau-nés ont été observées dans le golfe du Saint-Laurent l’été dernier et auraient pu être tuées, sans la protection offerte par Pêches et Océans Canada.

« Elles étaient dans un habitat qui était à un risque élevé dans le passé. Les mesures de gestion mises en place pourraient avoir fourni une certaine protection », croit le scientifique, qui œuvre à l’Anderson Cabot Center for Ocean Life, du New England Aquarium de Boston.

« L’une des mères a donné naissance il y a seulement trois ans, ce qui indique qu’elle est assez saine pour se reproduire aussi vite », ajoute Phil Hamilton.

Julie Albert, coordonnatrice du programme de conservation de la baleine noire de l’Atlantique Nord, au Marine Resources Council de Palm Bay, en Floride, croit elle aussi que les mesures restrictives mises en place par Ottawa ont pu éviter les décès des baleines noires.

Elle estime cependant qu’il est encore trop tôt pour crier victoire.

« Je pense qu’il faudra plusieurs années avant qu’il y ait des preuves que les naissances augmentent. Quatre nouveau-nés, c’est encore un nombre très faible par rapport à la moyenne de 20 à 22 nouveau-nés que nous avons vue il y a plusieurs années », souligne-t-elle.

Menace à long terme

La scientifique ajoute que la pêche menace toujours la survie de l’espèce à long terme. « Il y a encore une possibilité que les femelles qui peuvent se reproduire disparaissent en moins de 30 ans... même 20 ans. La pêche sans cordage nous donne l’espoir que ce destin potentiel puisse changer », indique Julie Albert.

L’an dernier, aucune baleine noire n’aurait été trouvée morte dans le golfe du Saint-Laurent. Les mesures de gestion visant à protéger les baleines noires en 2019 sont en cours d’élaboration et seront annoncées avant l’ouverture des saisons de pêche.

Ses déplacements annuels

♦ De juillet à septembre, la baleine noire fréquente les eaux côtières et peu profondes du Saint-Laurent. Depuis 1998, de plus en plus d’observations ont été rapportées aux îles de la Madeleine, dans la baie des Chaleurs, en Basse-Côte-Nord et dans l’estuaire. Les zones estivales de grande fréquentation se trouvent au Canada et aux États-Unis : baie de Fundy et plateau néo-écossais, golfe du Maine et Cape Cod.

♦ D’octobre à avril, les baleines noires migrent vers le sud, le long de la côte Est des États-Unis. Les femelles gestantes rejoignent leur aire de mise bas hivernale au large de la Floride et de la Géorgie.

La baleine noire de l’Atlantique Nord en chiffres

  • Individus dénombrés: 411
  • Mesure entre 13 et 17 mètres
  • Pèse entre 30 et 70 tonnes
  • Peut vivre 70 ans
 

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions