/entertainment
Navigation

Se déplacer à vélo 365 jours par année

Se déplacer à vélo 365 jours par année
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Fort populaire en été, le vélo est un moyen de transport de plus en plus prisé l’hiver tant pour les déplacements quotidiens que pour le plaisir. Une bicyclette adaptée, un équipement adéquat et un casque de sécurité permettent aux adeptes de pratiquer ce sport 365 jours par année, en ville ou en sentiers.

L’intérêt pour le nordicyclisme est en croissance, selon le président par intérim de l’organisme VéloCentrix, Michaël Gosselin.

Si traditionnellement plus d’hommes troquaient leur voiture ou l’autobus pour la bicyclette, M. Gosselin observe un phénomène nouveau cette année alors qu’un nombre important de femmes s’intéresse à ce sport.

«C’est impressionnant», admet-il. «Les femmes sont plus craintives de nature, mais elles ont vu que la Ville de Québec offre un réseau de pistes cyclables sécuritaires l’été et elles ont décidé de poursuivre l’aventure l’hiver.»

Adapter son vélo

Afin de s’initier au vélo hivernal, M. Gosselin suggère aux amateurs de se doter d’une bicyclette et de l’adapter aux rigueurs de la saison froide moyennant environ 300 $.

Si le cycliste n’a pas de fatbike, un vélo de montagne muni de pneus d’une largeur de 4 à 5 pouces, il faut se tourner vers les pneus à crampons ou encore à clous qui procurent une meilleure adhérence sur la chaussée glacée et enneigée.

Un casque de vélo, des lunettes de ski, des bottes légères, des bas chauds, des gants ou des mitaines et des vêtements portés en couches multiples composent notamment l’équipement à adopter lors de sortie à vélo, l’hiver.

«Quand c’est notre premier hiver, on suggère de commencer lors des belles journées à raison d’une journée par semaine et on augmente», indique M. Gosselin qui se déplace en vélo, hiver comme été depuis 10 ans.

«Au fil du temps, on se rend compte que ce n’est pas dangereux ni glissant. Il s’agit de faire attention, comme en voiture. L’hiver on adapte notre conduite alors en vélo, c’est la même chose», ajoute celui qui circule à califourchon sur sa bicyclette même lors de tempête de neige.

«Je considère que c’est plus sécuritaire que de circuler en voiture. Le seul danger provient de la voiture qui te suit alors il faut choisir son itinéraire et être prudent.»

Contrairement à Montréal, la Ville de Québec n’a toujours pas de réseau blanc, à savoir des pistes cyclables déneigées, entretenues et praticables également en saison hivernale.

Selon M. Gosselin, la Ville serait en attente d’un rapport de Vélo Québec afin d’être en mesure d’en développer un dans un avenir rapproché.

Circuler en sentiers

D’ici là, les mordus de vélo doivent circuler en milieu urbain, sur les artères principales, lorsqu’ils utilisent ce mode de transport dans leurs déplacements quotidiens.

Or, pour les amoureux de cyclisme qui optent plutôt pour le vélo d’hiver en guise de loisir, des sentiers prévus à cet effet sont accessibles dans plusieurs centres de ski ou de sports hivernaux.

Il est possible d’admirer les paysages enneigés et givrés en circulant sur sa propre bicyclette ou alors de louer le vélo et les accessoires l’espace de quelques heures.

Des sentiers de plusieurs kilomètres sont érigés sur le territoire de la Ville de Québec et dans la région de la Capitale-Nationale. Il est possible de s’y rendre seul ou encore en groupe.

► Ce qu’il vous faut

  • Vélo
  • Pneus à crampons ou à clous
  • Vêtements apposé en multicouches
  • Éviter le coton
  • Bas chauds
  • Bien couvrir les extrémités : tuques, gants ou mitaines, bottes légères
  • Casque
  • Combines de mérinos
  • Couvre selle

Il est important de bien nettoyer et lubrifier son vélo d’hiver une fois le printemps venu avant de le remiser pour éviter que le sel ne le ravage et qu’il soit irrécupérable la saison suivante.

 

Des sentiers à découvrir

► Sentiers du Moulin à Lac-Beauport

Se déplacer à vélo 365 jours par année
Photo courtoisie, Chrystina Mérette

Plus de 20 kilomètres de sentiers sont offerts, et ce, avec un degré de difficulté convenant mieux aux cyclistes intermédiaires et avancés. D’ailleurs, un sentier de style « Enduro » est accessible et se veut en quelque sorte une version hivernale du SuperG, un des sentiers les plus prisés l’été


► Empire 47

Se déplacer à vélo 365 jours par année
Photo courtoisie, empire 47

Il s’agit de la destination de fatbike la plus fréquentée au monde, selon l’Office du tourisme de la Ville de Québec.Une quarantaine de kilomètres de sentiers damés sont accessibles aux cyclistes hivernaux de tous les niveaux.

Il est possible de louer des vélos sur place et l’imposante flotte permet aux groupes de s’y rendre pour y pratiquer ce sport d’hiver.


► Vallée Bras-du-Nord à Saint-Raymond

Se déplacer à vélo 365 jours par année
Photo courtoisie, Philippe Jobin

Les sentiers de Shannahan vous permettent de vous balader paisiblement vers la chute Delaney ou encore plus longuement vers le lac de la Hauteur. Le degré de difficulté est adapté autant pour les cyclistes débutants qu’expérimentés.


► Domaine de Maizerets

Se déplacer à vélo 365 jours par année
Photo courtoisie, Francis Gagnon

Situé à quelques minutes du centre-ville de Québec, le Domaine de Maizerets permet de pratiquer le fatbike à l’intérieur d’un sentier « multi-usage » qui sillonne l’endroit.

Un petit nombre de vélos peut être loué sur place.


► Mont Sainte-Anne

Se déplacer à vélo 365 jours par année
Photo courtoisie, Mont Ste-Anne

Réputé pour ses pentes enneigées dévalées par les amateurs de ski alpin et pour ses sentiers de ski de fond, le mont Sainte-Anne permet aux nordicyclistes de s’exécuter sur une trentaine de kilomètres de pistes entretenus.


► Sentiers du Parc national de la Jacques-Cartier

Se déplacer à vélo 365 jours par année
Photo courtoisie, Francis Gagnon

Plus de 20 kilomètres de sentiers damés sont accessibles aux amateurs de vélo hivernal qui souhaitent découvrir les paysages de cette vallée.