/news/cannabis
Navigation

Plus de «cabanes à pot» mohawk que partout ailleurs au Québec

Le territoire de Kanesatake comptera bientôt 11 commerces de pot alors qu’on dénombre 12 SQDC au Québec

Coup d'oeil sur cet article

KANESATAKE | Il y aura bientôt plus de « cabanes à pot » sur le territoire mohawk à Kanesatake qu’il y a de succursales de la SQDC à travers le Québec.  

Il y a 12 succursales de la SQDC au Québec et 11 « cabanes à pot » à Kanesatake, près d’Oka. Mais comme il y a deux autres commerces en construction, on risque de dépasser très bientôt le nombre de sites pour toute la province.  

Une petite visite sur ce territoire voisin d’Oka nous a permis de dénombrer et de visiter plusieurs des 11 fournisseurs de cannabis qui s’affichent ouvertement.  

C’est une cabane par kilomètre carré sur ce petit territoire de 11,9 km2.   

Ce commerce de pot était un restaurant-minute à Kanasetake l’hiver dernier. Il a été vendu en avril et transformé en luxueux magasin de marijuana cet automne.
Photo collaboration spéciale, Stéphane Sinclair
Ce commerce de pot était un restaurant-minute à Kanasetake l’hiver dernier. Il a été vendu en avril et transformé en luxueux magasin de marijuana cet automne.

Un restaurant de Kanesatake a même été transformé en site de revente des produits du pot.  

La loi sur le cannabis permet aux provinces de conclure des ententes avec les communautés autochtones afin qu’elles réglementent la vente de pot sur leur réserve ou leur territoire. Kanesatake, contrairement à Kanhawake, n’a pas encore légiféré sur cette question.  

Le Journal a rapporté en mai dernier qu’un premier commerce y avait débuté la vente de cannabis. Puis, en octobre, Le Journal dénombrait trois commerces de vente de produits du cannabis et même de produits illégaux à la vente comme les semences de cannabis et le hashish.  

Pot, hash et bonbons au THC  

Neuf des 11 commerces s’affichent librement sur le bord de la route 344 ou sur des routes transversales.  

Deux autres proposent discrètement les produits à l’intérieur de leur commerce de cigarettes.  

 

Des oursons de gélatine contenant du CBD (l’ingrédient qui détend les muscles) ont été acheté dans l’un de ces commerces. Ils sont illégaux.
Photo collaboration spéciale, Stéphane Sinclair
Des oursons de gélatine contenant du CBD (l’ingrédient qui détend les muscles) ont été acheté dans l’un de ces commerces. Ils sont illégaux.

Quatre d’entre eux proposent des produits tel que des bonbons renfermant du THC (qui provoque l’effet d’euphorie) ou du CBD (qui détend les muscles), les substances actives du pot. On y trouve de la barbe à papa, des oursons en gélatine, des biscuits et même du hashish, des produits qui sont pourtant interdits par la loi.  

Le Journal a pu se procurer des oursons contenant du CBD.  

Dans un point de vente, un conseiller a expliqué que le cannabis provenait de producteurs canadiens certifiés. Or le pot est vendu en vrac sans aucun avertissement de Santé Canada, ce qui est interdit.  

De plus, les commerces de pot ne sont pas légalement autorisés par le conseil de bande de Kanesatake. Il serait donc illégal pour un producteur canadien certifié par Santé Canada de vendre du pot à des commerçants qui n’ont pas d’autorisation sous peine de perdre tout simplement leur licence de production.  

Le grand chef du conseil de bande de Kanesetake, Serge Simon, avait pourtant déclaré au Journal en octobre qu’il n’était pas en faveur de la vente de cannabis sur son terrioire. Il comptait même tenir un référendum sur la question dans la communauté.  

Manque de ressources  

Ce dernier tient plutôt des consultations avec sa communauté pour débattre de la situation afin d’établir la marche à suivre en accord avec la communauté.  

« Il nous manque des ressources pour faire appliquer la loi, a-t-il dit il y a quelques jours. Nous n’avons toujours pas de service de police pour la faire appliquer. »  

Ce dernier explique qu’il s’apprête à déposer une motion au conseil de bande afin de rendre les lois fédérale et provinciale applicables.  

Cependant, il ne veut pas que les corps policiers de la SQ ou de la GRC interviennent. « La situation est encore trop tendue ici pour une intervention policière», dit-il.  

 Les 12 SQDC  

  •  Drummondville     
  •  Lévis   
  •  Mascouche    
  •  Mirabel   
  •  Montréal (Marché Central)     
  •  Montréal (rue Ste-Catherine Ouest)    
  •  Montréal (rue Saint-Hubert)   
  •  Québec (Lebourgneuf)    
  •  Québec (Ste-Foy)   
  •  Rimouski   
  •  Saint-Jean-sur-Richelieu   
  •  Trois-Rivières     

  

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.