/news/currentevents
Navigation

Un banal problème de servitude pourrit la vie d'un couple de Lac-Beauport

Coup d'oeil sur cet article

 

 Un banal problème de servitude et de droit de passage sur une piste de ski de fond pourrit littéralement la vie de Daniel Parent et de Martine Boily, un couple de Lac-Beauport.  

 

 « L’an passé, je suis tombé malade à cause de cette histoire. J’y ai laissé une bonne partie de ma santé », s’est exclamé M. Parent lors d’une entrevue réalisée à son domicile du chemin du Moulin, voisin des Sentiers du Moulin. Ce centre de plein air offre notamment 48 km de sentiers de ski de fond.  

 

 D’après la version des Parent-Boily, plusieurs irritants sont apparus depuis environ quatre ans après que la Ville de Lac-Beauport se fut portée acquéreuse du Centre. « Lorsque la municipalité a décidé de donner la direction du Centre à des OBNL, les problèmes ont commencé. Il n’y avait pas ou peu de surveillance et plus de respect », raconte le couple. La situation n’aurait fait qu’empirer sur cette courte portion de piste, large de 20 pieds, située à l’arrière de leur domicile.  

 

 Les Parent-Boily soulignent un épisode de déversement d’huile hydraulique, du bois volé sur leur terrain, des événements spéciaux organisés sans préavis par le club de ski, un manque flagrant de signalisation et la présence de chiens sans laisse.  

 

 M. Parent soutient également avoir été « insulté et diffamé » à plusieurs reprises à cause des clôtures amovibles qu’il a installées dans le passage et qu’il ferme la nuit.  

 

 Rencontre avec la Ville  

 

 Une rencontre avec la Ville a eu lieu en avril 2018. Une entente sur l’utilisation de ce droit de passage aurait été conclue à la satisfaction de toutes les parties. Or, le couple dit avoir été surpris de constater que le texte de l’entente avait sensiblement changé au moment où ils devaient la signer. « L’acte notarié ne correspondait pas au compte rendu de la réunion », a regretté Mme Boily.  

 

 Désormais, le couple n’exclut pas de fermer carrément la bande de terrain. « On veut la paix chez nous », a insisté M. Parent qui se rendra de nouveau ce soir devant le conseil municipal de Lac-Beauport pour faire valoir ses requêtes.  

 

 Dossier très compliqué  

 

 Invité à commenter, Michel Beaulieu, maire de Lac-Beauport, a soutenu que sa porte est toujours ouverte aux discussions. Selon lui, le texte notarié controversé n’est qu’un projet qui peut être amélioré.  

 

 « C’est un dossier très compliqué. Ils (le couple) ne sont pas en froid avec la municipalité ni avec le maire, mais ils ont une rancune envers les ex-dirigeants du club de ski », a-t-il fait valoir.  

 

 Les gestionnaires des Sentiers du Moulin n’ont pas rappelé Le Journal.