/news/consumer
Navigation

Bientôt la fin des subventions pour les véhicules électriques usagés?

Coup d'oeil sur cet article

Ceux qui songent à s'acheter une voiture électrique d'occasion devraient peut-être se dépêcher. Le gouvernement Legault se demande s'il devrait continuer à subventionner ce type d'achat, alors que le programme doit, en principe, prendre fin le 31 mars.

Les consommateurs peuvent présentement toucher jusqu'à 4000 $ en subvention à l'achat d'un véhicule électrique d'occasion.

«Donc, une voiture 100 % électrique de l'année 2014, 2015 ou 2016, on a droit à 4000, mais il faut pour ça qu'elle n'ait jamais eu droit à une subvention, a expliqué Daniel Breton, expert en électrification des transports. Donc, ça ne peut pas être une voiture qui, initialement, a été achetée au Québec. Ça doit être une voiture importée de l'Ontario, de la Californie ou de la Floride.»

Un concessionnaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, Racine auto, a flairé la bonne affaire et a créé une division de véhicules électriques usagés. La subvention permet à ceux qui ont de petits budgets de mettre la main sur des modèles autrement inabordables.

Par exemple, une Spark de Chevrolet, vendue en 2015 aux États-Unis pour l'équivalant de 32 000 $ canadiens, est disponible à l’achat pour près de 13 000 $, incluant les subventions. Elle affiche une autonomie, en conditions optimales, de 120 km.

«Quand on achète un véhicule neuf, on a 8000 $ de subvention du gouvernement, tandis qu'un véhicule d'occasion, on reçoit 4000 $. Donc, avec les mêmes 8000 $, le gouvernement met deux véhicules pour un sur la route», a fait valoir le président de Racine auto, Florian Boire.

«Il y a beaucoup de familles qui ont deux ou trois voitures. Alors, en avoir une 100 % électrique d'occasion qui coûte pas trop cher avec un rabais de 4000 $, ça fait beaucoup de sens», a souligné Daniel Breton.

L'Association des véhicules électriques du Québec croit qu'au lieu d'abolir les subventions, il faudrait plutôt élargir les critères pour l'obtenir.

«On pourrait premièrement élargir les années des voitures usagées, donc inclure 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, et pourquoi pas 2017 même? Ensuite, on pourrait aussi élargir aux voitures hybrides branchables, pas uniquement aux voitures 100 % électriques. Car il y a une vaste gamme de voitures disponibles sur le marché maintenant et trop peu d’entre elles peuvent se qualifier pour le moment», a déploré Martin Archambault, porte-parole de l’Association des véhicules électriques du Québec.

Québec souhaite qu'il y ait au moins 100 000 véhicules électriques d'ici la fin de 2020 dans la province. Il y avait, à la fin de 2018, un peu plus de 39 000 véhicules électriques sur nos routes.

D’après un reportage de Richard Olivier, TVA Nouvelles