/news/education
Navigation

Signes religieux: les libéraux avaient déjà sondé les directions d'école

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge
Photo d'archives, Simon Clark Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement libéral avait déjà sondé les directions d’écoles sur le nombre d’enseignants portant des signes religieux, s’insurge le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge.  

La semaine dernière, le gouvernement Legault avait admis avoir demandé aux commissions scolaires si elles détenaient des informations sur le nombre d’enseignants portant des signes religieux au sein de leur organisation. 

«Les commissions scolaires ont répondu par la négative et on a rendu publique cette information, ce qui a valu à mon gouvernement une volée de bois vert», a déclaré Jean-François Roberge en point de presse, mardi après-midi. 

«Plusieurs commissions scolaires ont dit que c’était scandaleux, c’était terrible, c’était aberrant que de demander aux commissions scolaires: "avez-vous cette information?"», a rappelé le ministre. 

«Au Parti libéral, ils ont même utilisé le mot profilage», a-t-il ajouté. 

Or le ministre a révélé que le gouvernement de Philippe Couillard avait pourtant envoyé un questionnaire aux établissements scolaires en juin 2018 demandant «combien de membres du personnel portent un signe religieux dans votre école». 

«Semble-t-il qu’en juin dernier, le parti libéral ne pensait pas que c’était du profilage, a lancé M. Roberge. Semble-t-il que l’automne dernier, [...] les directions d’école n’ont pas pensé non plus que c’était aberrant, parce que plus de 1100 directions d’école ont répondu à ce questionnaire, et ça n’a pas fait scandale.» 

Le ministre estime qu’il y a eu «énormément, énormément d’exagération de la part de commissions scolaires qui ont lancé des hauts cris la semaine dernière».

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.