/news/education
Navigation

Vers de nouvelles classes de maternelle quatre ans à Québec

Jean-François Roberge, Ministre
Photo Jean-Francois Desgagnés Jean-François Roberge, Ministre

Coup d'oeil sur cet article

La commission scolaire de la Capitale estime avoir la capacité d’ouvrir 10 nouvelles classes de maternelle quatre ans l’an prochain, alors que d’autres commissions scolaires de la région jonglent plutôt avec des problèmes de recrutement.

À la fin novembre, le ministère de l’Éducation a demandé aux commissions scolaires combien de nouvelles classes de maternelle quatre ans elles pourraient ouvrir dès l’an prochain, selon le nombre d’enfants estimé pour ce groupe d’âge et leur capacité d’accueil, en tenant compte des indices de défavorisation.

Rappelons que le gouvernement Legault s’est engagé à offrir la prématernelle à temps plein pour tous les petits Québécois d’ici cinq ans. Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a déjà indiqué qu’il espère créer environ 220 nouvelles classes dès l’automne.

Engager des enseignants

À la commission scolaire de la Capitale, qui dessert les quartiers centraux de Québec, une dizaine de nouvelles classes pourraient être créées, « conditionnellement au nombre d’inscriptions et à notre capacité à recruter de nouveaux enseignants », indique sa porte-parole, Marie-Élaine Dion.

Cette commission scolaire compte déjà 10 groupes de prématernelle à temps plein, situés principalement en milieu défavorisé.

De son côté, la commission scolaire des Découvreurs, qui couvre principalement le secteur ouest de Québec, a indiqué au ministère de l’Éducation qu’elle pourrait ouvrir « quelques classes supplémentaires », sans préciser à quel endroit.

« Nous attendons après la période d’inscription avant de préciser nos réponses et aussi la faisabilité de recevoir ces quelques classes », selon la disponibilité des locaux et la capacité de recruter des enseignants, indique son porte-parole, Alain Vézina.

Cette commission scolaire offre cette année deux groupes de prématernelle, dont un qui ne compte que sept élèves, alors que le maximum est de 17 inscriptions.

Problèmes de recrutement

Il a par ailleurs été impossible mardi de savoir combien de nouvelles classes pourraient être ouvertes l’an prochain à la commission scolaire des Premières-Seigneuries, qui couvre le secteur est de Québec et la Côte-de-Beaupré.

Au cours des dernières années, cette commission scolaire a eu de la difficulté à combler les nouvelles places en prématernelle. Cette année, un groupe n’a pu être créé faute d’inscriptions.

La commission scolaire des Navigateurs, sur la Rive-Sud, a vécu une situation similaire il y a quelques années. Il a été impossible d’obtenir le minimum d’inscriptions requis pour ouvrir une nouvelle classe de maternelle quatre ans dans le secteur Saint-Romuald.