/entertainment/music
Navigation

Jay-Z et son avocat à la rescousse de 21 Savage

Jay-Z
Photo d'archives, WENN.com Jay-Z

Coup d'oeil sur cet article

New York | Les rangs des défenseurs de 21 Savage, détenu par la police migratoire américaine depuis dimanche au motif que le rappeur d’origine britannique est illégalement aux États-Unis, se sont renforcés avec l’arrivée à la rescousse d’une superstar, Jay-Z, qui a mis son avocat sur le coup. 

L’avocat new-yorkais Alex Spiro a confirmé jeudi à l’AFP qu’il avait, à la demande de Jay-Z qu’il a souvent représenté, repris le dossier du jeune rappeur d’Atlanta, star montante durap qui figure cette année parmi les finalistes pour les Grammys, les prestigieuses récompenses de la musique américaine qui seront décernées dimanche à Los Angeles. 

Le richissime Jay-Z a annoncé mercredi qu’il pèserait de tout son poids dans la bataille pour «libérer 21 Savage». Une cause déjà relayée, sous le mot d’ordre #Free21Savage, par de nombreusespersonnalités, de Cardi B à la jeune élue démocrate du Congrès américain Alexandria Ocasio-Cortez. 

«L’arrestation et la détention de 21 Savage est une mascarade totale, sa demande de visa U est en souffrance depuis quatre ans», a écrit Jay-Z sur sa page Facebook. «21 est non seulementun musicien avec des disques à succès, mais il mérite aussi de pouvoir retrouver immédiatement ses enfants». 

La quasi-totalité des fans du rappeur de 26 ans --de son vrai nom Sha Yaa Bin Abraham Joseph, père de trois enfants-- ont découvert, avec son arrestation surprise dimanche par la policemigratoire (ICE), qu’il n’était pas citoyen américain, bien qu’il ait vécu à Atlanta depuis l’âge de sept ans et qu’il se soit toujours présenté comme un enfant de la nouvelle capitale du hip-hop américain. 

Depuis son interpellation, qui expose 21 Savage à une expulsion du territoire américain, ses avocats ont confirmé qu’il était sans-papiers depuis l’expiration de son visa en 2006, alorsqu’il était encore mineur. Et qu’il se retrouvait depuis dans la même situation que quelque 1,8 million de jeunes, arrivés aux États-Unis enfants, mais toujours sans-papiers arrivés à l’âge adulte. 

21 Savage, dont l’album «I Am > I Was» était en tête des ventes américaines début 2019, a présenté il y a plusieurs années une demande de visa « U »--réservé aux victimes de crimes--, mais sa demande est restée en souffrance. 

«Il a une demande de visa correctement déposée, qui est restée bloquée alors qu’elle aurait dû être validée il y a longtemps», ce qui aurait «sécurisé son statut migratoire», a fait valoirM. Spiro. 

«Le seul problème concernant son statut tient à une condamnation pour une affaire de marijuana (remontant à 2014, NDLR), annulée depuis», a ajouté l’avocat.  

Dans ces conditions, «il devrait être au minimum libéré sous conditions pour pouvoir se défendre», a ajouté M. Spiro, en indiquant qu’une audience aurait lieu «très prochainement» pouressayer de débloquer le dossier.