/news/society
Navigation

Poignardée à l’école: «Je vais me souvenir longtemps de mes 10 ans»

Coup d'oeil sur cet article

La fillette agressée au couteau dans sa cour d’école par un garçon a eu 10 ans au lendemain de l’attaque, un anniversaire dont elle se souviendra longtemps.   

La mère de la victime, dont on ne peut dévoiler l’identité, a accepté de raconter à Jean-François Guérin les heures difficiles qui ont suivi l’attaque.    

Selon ses dires, sa fille, qui a eu 10 ans le jour suivant l’agression, a des ennuis avec le garçon depuis le début de l’année scolaire.   

«Ils ne sont pas capables de se sentir. Il semble que la chicane était prise. J’ai parlé avec la direction de l’école après l’agression, et la directrice se préparait à rencontrer les deux jeunes la journée de l’événement, pour régler le conflit. Malheureusement, elle n’a pas eu le temps.»   

La maman s’est rendue sur place dès que l’école l’a appelée pour l’informer de ce qui venait de se produire.   

«Le cauchemar d’une mère, c’est d’avoir un appel pour [se faire] dire que son enfant est à l’hôpital. C’est le pire cauchemar, je ne m’attendais pas à ça.»   

Selon les témoins de l’agression, le jeune homme aurait dit: «Est-ce que je la tue ou je ne la tue pas?» avant de s’en prendre à l’écolière.    

Des propos difficiles à entendre pour la mère de famille.   

«C’est extrêmement dur de savoir que ça aurait pu être plus sérieux. Il l’a prise par le dos. S’il l’avait prise par en avant, il aurait pu toucher un organe. Ma fille est tellement faite petite... On a été chanceux malgré tout, ça aurait pu faire plus de dommages. Je remercie les ambulanciers qui ont fait un excellent travail. Ils sont intervenus rapidement, et l’hôpital aussi.»

Le jeune homme ne pourra pas être accusé au criminel puisqu’il a moins de 12 ans. Il a été suspendu de l’école et les services de protection de la jeunesse vont se pencher sur son cas.   

Craintes qu’il revienne   

La maman de la victime souhaite que l’agresseur, expulsé de l’école, reçoive de l’aide, mais elle craint tout de même pour la sécurité de sa fille.   

«Même s’il est en bas âge, il a besoin d’aide. Il doit être vu et suivi. J’espère juste qu’il n’aura pas l’idée d’aller finir son travail...» ajoute-t-elle en parlant de l’agression.   

La jeune victime, malgré tout, se portait bien, «elle a un bon moral, elle est forte». La fillette qui a eu 10 ans mercredi a dit à sa mère: «Maman, je vais me souvenir longtemps de mes 10 ans.»