/news/health
Navigation

Ce prétendu «naturopathe» de Lévis fait face à cinq accusations

Renaud Gallant
Photo courtoisie Renaud Gallant

Coup d'oeil sur cet article

Renaud Gallant, le prétendu «guérisseur» et naturopathe de Lévis, écope pour la troisième fois de constats d’infraction pour «exercice illégal de la médecine».

Le Collège des médecins du Québec a cette fois déposé cinq constats d’infraction contre Gallant, à qui une injonction de la cour prononcée en mai 2016 interdit pourtant de pratiquer la médecine.

Les faits reprochés remontent au mois de mars 2018, lorsqu’une agente double du Collège l’avait piégé pendant une consultation. Le prétendu naturopathe avait rendu un diagnostic et prescrit un traitement comprenant «des médicaments et d’autres substances», un acte réservé exclusivement aux médecins. Il aura son procès devant la Cour du Québec le 19 février.

Joint par Le Journal, le Lévisien de 74 ans a prétendu qu’il ne «travaillait plus» depuis près d’un an.

Le septuagénaire avait également reçu des amendes de 4500 $ et 14 000 $ en 2011 et en 2016. Il avait à l’époque prétendu «guérir» grâce «à la chaleur de ses mains».

Manque de pouvoir

De son côté, le Collège des médecins déplore un manque de pouvoir pour combattre les «charlatans», si fréquents au Québec qu’un enquêteur est affecté à temps plein aux problèmes de ce type. L’an dernier, pas moins de 67 chefs d’accusation ont été déposés contre de présumés «guérisseurs» un peu partout dans la province.

«Souvent, ce qu’on a vu, ce sont des charlatans qui sont reconnus coupables, ils négocient ensuite la façon dont ils vont payer les amendes, qu’ils paient pendant tant d’années, et ils s’installent de l’autre côté de la rue et continuent», explique la porte-parle du Collège des médecins Caroline Langis.

«Dans certains cas, ça peut être vraiment grave. Nous avons des situations où des gens sont décédés parce qu’ils sont allés voir un charlatan qui leur a dit d’arrêter des traitements pour guérir leur cancer, par exemple», poursuit-elle.