/entertainment/tv
Navigation

Joël Legendre partage ses réflexions

Joël Legendre partage ses réflexions
Dario Ayala / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Quatre ans après les événements que l’on connaît, Joël Legendre a couché sur papier d’importants passages de sa vie et relaté l’importance qu’a eue le réconfort dans sa reconstruction. L’animateur nous présente aujourd’hui le fruit de ses réflexions dans le livre «La force insoupçonnée du réconfort». 

Joël, dans quel esprit as-tu écrit ce livre particulièrement touchant? 

Moi qui souffre rarement d’insomnie, je me suis réveillé une nuit à 4 h du matin. J’avais fait une lasagne la veille, ça sentait bon dans la maison... Cette agréable odeur me semblait réconfortante. Je me suis mis à écrire sur le réconfort, sur sa force. J’ai compris que ç’avait été essentiel dans ma vie. J’ai décidé d’écrire un manuscrit, comme une lettre que je voulais laisser à mes enfants. Je voulais leur montrer qu’on pouvait tomber, mais que, l’important, c’était de se relever. 

Tes proches connaissaient-ils ta démarche? 

Non, car le livre s’est écrit de 4 heures à 7 heures du matin pendant un été. Rendu à une centaine de pages, je l’ai fait lire à Junior, mon conjoint. Après l’avoir lu, il m’a dit qu’il fallait absolument que j’en fasse quelque chose. Je me suis rendu compte qu’en écrivant, je m’attribuais du réconfort. J’ai ressenti une certaine fierté face à tout ce que j’avais accompli depuis cette journée-là. J’ai rencontré l’éditrice des Éditions de l’Homme, Judith Landry et, 20 minutes plus tard, je repartais avec un contrat d’édition en main. Je voulais que ce livre soit réconfortant à tous les égards. C’est pour cette raison que nous avons aussi travaillé l’aspect visuel, la douceur du papier. Je voulais que le livre soit comme un câlin. 

Y a-t-il eu beaucoup de gestes réconfortants autour de toi? 

Oui, de la voisine qui m’a laissé une belle boîte remplie de muffins avec un mot réconfortant à l’agent de bord qui a proposé de me surclasser parce que j’en avais besoin, disait-il. Encore aujourd’hui, je peux dire que ce sont toutes ces petites choses qui m’ont fait du bien. Parce que ces petites choses sont en fait de grandes choses. Une caresse, un câlin, un mot gentil, c’est ça, le réconfort. 

L’ouvrage «La force insoupçonnée du réconfort» est offert en librairie.