/weekend
Navigation

La passion des grands espaces

<i>Olga</i></br>
Bernhard Schlink</br>
Aux Éditions Gallimard, 272 pages
Photo courtoisie Olga
Bernhard Schlink
Aux Éditions Gallimard, 272 pages

Coup d'oeil sur cet article

Pour la Saint-Valentin, une histoire d’amour magnifiquement racontée.

Durant son enfance, Olga Rinke perdra coup sur coup son père et sa mère, tous deux emportés par le typhus. Elle sera alors prise en charge par son acariâtre grand-mère paternelle qui, au tournant du XXe siècle, vit seule dans un petit village de Poméranie. C’est donc à ce moment-là qu’Olga rencontrera Herbert Schröder, le fils de l’homme le plus riche de la région.

Si cette histoire avait été écrite par un autre que Bernhard Schlink, à qui on doit notamment l’émouvant Le liseur, Olga et Herbert auraient fort probablement fini par se marier et avoir beaucoup d’enfants. Mais ici, c’est à peine s’ils auront le temps d’être amants. Car en plus de courir le risque d’être déshérité par ses parents si jamais il lui prenait l’envie d’épouser une simple villageoise, Herbert sera très jeune attiré par ce qu’il appelle « l’immensité sans fin ».

Plus loin, toujours plus loin

Après avoir été incorporé dans le premier régiment d’infanterie de la garde prussienne, Herbert se portera ainsi volontaire pour rejoindre le corps expéditionnaire dépêché dans le protectorat allemand d’Afrique du Sud-Ouest. Et puis ce sera l’Argentine, la Carélie, le Brésil, la Sibérie ou la Kamtchatka, Herbert aimant voyager plus que tout au monde. Ce qui ne l’empêchera pas de venir régulièrement retrouver Olga, quel que soit le coin perdu d’Allemagne où elle enseigne. Tout changera cependant le jour où il prendra part à une expédition en plein cœur de l’Arctique...

Composé de trois parties bien distinctes, ce court roman nous permettra surtout de voir ce qu’Olga traversera de son côté pendant toutes les années où elle attendra désespérément le retour d’Herbert.

Et ce qu’on découvrira sera souvent bouleversant.

Frissons garantis

<i>L’erreur</i></br>
Susi Fox</br>
Aux Éditions Fleuve, 360 pages
Photo courtoisie
L’erreur
Susi Fox
Aux Éditions Fleuve, 360 pages

L’erreur

Sasha Moloney est médecin légiste et des bébés morts, elle en a déjà beaucoup trop vu. À commencer par les siens, puisqu’au cours des dernières années, elle a malheureusement fait plusieurs fausses couches. Maintenant qu’elle est enceinte et que le fœtus semble cette fois bien accroché, elle espère donc bientôt pouvoir mener aux côtés de son mari la vie de famille dont ils ont si longtemps rêvé.

Mais à 35 semaines de grossesse, après avoir accidentellement heurté un kangourou sur une route de la campagne australienne, Sasha sera transportée d’urgence à l’hôpital le plus proche pour accoucher par césarienne.

Un dur réveil

Quand Sasha reprendra connaissance, elle remarquera tout de suite que la chambre dans laquelle elle se trouve est vide. Autrement dit, pas de bébé et pas de mari pour lui expliquer ce qui se passe. Les infirmières étant complètement débordées, ce n’est ainsi que le lendemain qu’on la conduira dans la nursery et qu’elle pourra enfin voir son enfant. Première surprise, ce ne sera pas une fille, tel que les échographies l’avaient attesté, mais un garçon. Deuxième surprise, Sasha n’éprouvera aucun sentiment maternel en le regardant. Pire encore, elle le trouvera carrément repoussant. C’est là qu’une drôle d’idée lui traversera l’esprit : se pourrait-il que ce ne soit pas son bébé ? Un roman psychologique efficace, parce que c’est la question qu’on se posera nous aussi jusqu’à la fin.

À lire aussi cette semaine

Secrets et passions

Stefan Zweig, aux Éditions Payot, 720 pages
Photo courtoisie
Stefan Zweig, aux Éditions Payot, 720 pages

Si on a envie de découvrir ou de redécouvrir l’œuvre de l’écrivain autrichien Stefan Zweig, qui s’est suicidé en février 1942, ce recueil réunit quelques-unes de ses nouvelles les plus célèbres ayant pour thème les secrets et les passions. Le soir de la Saint-Valentin, bien collé contre notre tendre moitié, on pourra ainsi lire La confusion des sentiments, Destruction d’un cœur ou Vingt-quatre heures de la vie d’une femme.


Les nouveaux amants

Alexandre Jardin, aux Éditions Le livre de poche, 288 pages
Photo courtoisie
Alexandre Jardin, aux Éditions Le livre de poche, 288 pages

Que va-t-il se passer quand Oskar Humbert, un auteur de théâtre et metteur en scène marié de 42 ans, croisera la route de la jeune et piquante Roses Violente ? Eh oui, le coup de foudre. Mais à cause des SMS, des tweets et des messages échangés sur WhatsApp, leur relation prendra rapidement un tour insoupçonné. Léger et sympathique.


100 grammes d’amour à faire infuser dans votre quotidien

Marie-Laure Bayle, aux Éditions First
Photo courtoisie
Marie-Laure Bayle, aux Éditions First

Difficile de trouver plus mignon que cette boîte contenant plein de livrets format mini à lire au gré de nos envies. Les proverbes sur l’amour, les plus beaux romans d’amour, comment dire « je t’aime » dans toutes les langues, les lettres d’amour mythiques, les couples de légende, les déclarations d’amour cultes au cinéma... Une façon amusante de souligner la Saint-Valentin.


L’amour, c’est...

Collectif, aux Éditions Le livre de poche, 432 pages
Photo courtoisie
Collectif, aux Éditions Le livre de poche, 432 pages

Dans ce livre, plus de 200 auteurs ont donné leur propre définition de l’amour. Pour Valentin Musso, l’amour sera par exemple de « laisser ses regrets derrière soi et regarder devant en se disant que, grâce à l’autre, avec l’autre, le plus beau est à venir ». On vous laisse le soin de découvrir ce qu’ont dit Thomas H. Cook, Grégoire Delacourt, R. J. Ellory, Virginie Grimaldi, Ian Manook, Romain Puértolas, Tatiana de Rosnay ou Patrick Sénécal.