/entertainment/tv
Navigation

Michael Jackson : un documentaire accablant

Dan Reed et James Safechuck
Photo AFP, Michael Loccisano Dan Reed et James Safechuck

Coup d'oeil sur cet article

Dix ans après la mort du roi de la pop, les fantômes de son passé se font plus présents que jamais. Dans «Leaving Neverland» , le réalisateur Dan Reed donne la parole à deux hommes qui accusent le chanteur de pédophilie. Zoom sur un scandale qui risque de ternir à jamais la mémoire de la star.

Le 25 janvier, voitures de police, chiens renifleurs et équipe médicale d’urgence étaient de service au Festival du film de Sundance. La raison de ce branle-bas de combat? La première de «Leaving Neverland», un documentaire de quatre heures dans lequel Wade Robson et James Safechuck affirment avoir été agressés sexuellement par Michael Jackson. Les deux trentenaires, qui étaient sur place lors de la première, ont reçu une longue ovation debout après la présentation du film.

Révélations-chocs

Robson et Safechuck affirment que les abus sexuels ont commencé quand ils étaient âgés respectivement de 7 et 10 ans. Le premier, qui a rencontré Michael Jackson après avoir remporté un concours de danse en Australie, mentionne notamment un incident qui serait survenu en 1997, alors qu’il accompagnait l’interprète de «Thriller» dans sa tournée «HIStory» . Celui-ci aurait tenté de le violer avant de lui demander, par l’intermédiaire de son secrétaire particulier, de se débarrasser de ses vêtements tachés de sang.

Safechuck, pour sa part, évoque une fausse cérémonie de mariage entre le chanteur et lui, de même que des abus sexuels survenus à l’abri des regards lors de séjours à Neverland, la somptueuse propriété de la star en Californie.

L’un comme l’autre soutient que Jackson a gagné la confiance de leurs parents en leur offrant mer et monde. Or, la succession du roi de la pop a déclaré à «Rolling Stone» : «Le film utilise des allégations non corroborées et les traite comme des faits.»

Les partisans du défunt chanteur accusent les deux hommes d’avoir changé leur fusil d’épaule et d’être motivés par l’appât du gain.

Témoins... ou victimes?

En 2005, Wade Robson faisait partie des témoins-clés de la défense lors du procès de Michael Jackson, acquitté des accusations d’attouchements sexuels sur des mineurs qui pesaient contre lui.

Interrogé par les enquêteurs, James Safechuck avait aussi pris la défense de la vedette et affirmé ne jamais avoir été victime d’abus. Or, en 2013 et 2014, les deux hommes ont entrepris en vain des démarches légales dans le but de poursuivre le chanteur pour agression sexuelle.

Pourquoi ne pas avoir parlé plus tôt? Dans le documentaire, ils affirment avoir subi un traumatisme et mis des années à réaliser que Jackson avait abusé d’eux. Aujourd’hui mariés et pères de famille, ils se disent toujours victimes du syndrome de stress post- traumatique. «Leaving Neverland» , qui sera présenté au printemps sur la chaîne HBO, entachera-t-il la réputation du roi de la pop?

Macaulay Culkin : «Nous étions amis»

Macaulay Culkin, 38 ans, qui est parrain des trois enfants de Jackson, a récemment évoqué son amitié avec celui-ci lors de son passage au podcast «Inside of You».

«Je sais que tout le monde trouve ça bizarre, mais à mes yeux c’était une amitié normale», a-t-il souligné. La vedette de «Home Alone» est revenue sur la gentillesse du défunt chanteur. «Il m’a tendu la main parce qu’il se passait un tas de trucs dans ma vie. Tout devenait gros très rapidement pour moi, et je pense qu’il s’identifiait à ça.»