/weekend
Navigation

Quatre coachs, quatre points de vue

ART-LA-VOIX-7
Photo courtoisie, TVA Les coachs Marc Dupré, Éric Lapointe, Lara Fabian et Alex Nevsky, aux côtés de l'animateur Charles Lafortune.

Coup d'oeil sur cet article

Le jour J est arrivé pour Lara Fabian, Éric Lapointe, Alex Nevsky et Marc Dupré, de retour à La Voix après avoir pris une année de recul. La septième saison débute ce dimanche, avec les auditions à l’aveugle.


Éric Lapointe

ART-LA-VOIX-7
Photo courtoisie, TVA

« On ne se prend pas au sérieux »

Pour cette septième saison, Éric Lapointe est en terrain connu. Il est désormais rompu aux différentes étapes de l’émission, mais il est surtout entouré de personnes qu’il apprécie.

« Par rapport à l’an dernier, je change un vieux chum pour un autre vieux chum. Dans les quatre coachs, ça prend quelqu’un comme Marc, qui a beaucoup de répartie, qui est drôle et qui est capable de réchapper les silences, pour que l’ambiance sur le plateau soit toujours le fun. Cette saison, les gens vont s’apercevoir qu’on ne se prend pas au sérieux, même si on prend notre rôle au sérieux. »

Pour le rockeur, le plus grand défi des coachs arrive à l’étape des duels.

« Il faut jumeler des artistes qui sont parfois dans des univers complètement différents, en choisissant une chanson qui va les faire briller tous les deux, sans avantager l’un ou l’autre. Habituellement, j’y vais par

instinct, et ça marche plutôt bien. »

Lapointe confie que travailler avec de jeunes artistes réactive sa passion.

« Se frotter à des artistes qui ont faim, ça nous fait réaliser qu’on est chanceux et privilégiés de faire ce métier. Ça ravive ma flamme pour ce métier. »


Lara Fabian

ART-LA-VOIX-7
Photo courtoisie, TVA

Un rôle de transmission

Lara Fabian a eu un véritable coup de cœur pour Marc Dupré, qui fait son retour dans le fauteuil des coachs. « J’ai eu l’impression de connaître ce garçon depuis toujours, confie la chanteuse. On a énormément de choses en commun, notamment notre approche chaleureuse et bienveillante envers les candidats. Avec Éric, c’est aussi une histoire de grande affection. Il y a quelque chose de très spécial qui nous lie, difficile à expliquer avec des mots. On n’a pas besoin de beaucoup de mots pour être connectés, lui et moi. Ce lien vient de notre intensité. On est moulés dans la même argile vibrante. On est deux animaux très instinctifs. Quant à Alex, il est particulièrement drôle et acéré, cette saison. »

L’artiste trouve beaucoup de satisfaction dans son rôle de transmission auprès des jeunes candidats.

« Être coach, c’est un cadeau énorme. Tu reçois autant que tu donnes quand tu transmets un conseil, que tu donnes une clé de lecture qui permet à l’autre d’avancer à pas de géant. C’est génial de voir leurs visages s’illuminer. Ça apporte autant qu’une salle de 10 000 personnes debout. »

Lara Fabian reconnaît que son expérience à La Voix la saison dernière l’a aidée à créer son nouvel album, Papillon, qui vient tout juste de sortir.

« Ça m’a amenée dans une zone de confort supérieure, comme si je m’étais permise plus de liberté, un plus grand lâcher-prise, en sachant que j’avais fait œuvre utile. Je me suis posé beaucoup moins de questions, et je sais que ça vient du travail réalisé avec les candidats de La Voix. »


Alex Nevsky

ART-LA-VOIX-7
Photo courtoisie, TVA

Au-delà des goûts personnels

Ami intime de Marc Dupré, Alex Nevsky s’est dit rassuré de voir le chanteur retourner à l’émission, d’autant plus qu’il se sent davantage en confiance à l’aube de cette nouvelle saison.

« L’an dernier, j’étais avec trois inconnus très connus. Mais cette année, je retrouve mon ami. L’ambiance sur le plateau est très joyeuse. Tout a été optimisé pour que les tournages aillent plus vite. On passe plus de temps entre nous, on est moins fatigués à la fin de la journée. Ça a beaucoup changé l’énergie. »

Sa seule ombre au tableau? Le nouveau bouton de blocage. « C’est une source de conflits, parce que tu peux créer beaucoup de colère et de tristesse chez le coach que tu bloques. Quand tu as un gros coup de cœur et que, finalement, tu n’as aucune chance qu’il vienne dans ton équipe, c’est très frustrant. »

Alex Nevsky n’est pas vraiment surpris par l’abondance de talents aux auditions à l’aveugle.

« Pour plusieurs d’entre eux, voir des artistes comme Charlotte Cardin et Matt Holubowski, ça leur a permis de comprendre qu’ils n’ont pas besoin d’être des chanteurs à voix pour obtenir du succès. Les mentalités ont évolué. »

L’un de ses défis de Nevsky pour cette saison est d’avoir une plus grande ouverture. « Je veux me déjouer moi-même en passant outre mes goûts personnels pour aller voir plus loin. Je vais essayer d’avoir une équipe un peu plus large, même si j’ai quand même des goûts précis. J’aime beaucoup le style auteur-compositeur-interprète. C’est ce qui m’intéresse le plus, même si chaque artiste qui vient aux auditions à l’aveugle me surprend par son courage, parce que je ne le ferais pas. »


Marc dupré

ART-LA-VOIX-7
PHOTO COURTOISIE/OSA IMAGES/TVA

Un retour attendu

Après une absence d’une seule saison, Marc Dupré a rapidement retrouvé ses habitudes.

« Je me suis surtout ennuyé des frissons que ça me procure, parce qu’à travers chacun des candidats, je me revois à mes débuts. Quand tu as une carrière et que tu roules ta bosse, tu n’as plus les sentiments du début. »

Son retour s’accompagne d’un nouvel état d’esprit. « J’ai décidé de ne faire aucun compromis sur ce que j’aime et ce qui me fait plaisir. Je n’écoute pas les gens, je prends mes décisions tout seul. Il faut que je donne le meilleur de moi-même aux gens avec lesquels je travaille et, pour cela, il faut que je sois moi-même totalement convaincu. »

Par le passé, Marc Dupré s’est souvent beaucoup impliqué dans la carrière de ses poulains.

« Je vis beaucoup dans le moment présent, et je ne veux rien imposer à personne. Je suis quelqu’un qui aime être entouré des candidats et faire le plus de choses avec eux. Mais je ne fais pas de fausses promesses. Je donne tout durant l’émission et s’il y a un avenir en commun, ce sera du bonus. »

S’il s’investit autant pour ses candidats, Marc Dupré veut également être le plus juste possible avec chacun d’entre eux. « À partir de l’étape des duels, il faut arriver à mettre tous les candidats sur le même pied. Notre travail est de les mettre en confiance et de leur donner la même chance. En tant qu’humain, on peut s’attacher amicalement davantage à certains. Je suis totalement entier et naturel dans ma façon de réagir, mais il faut toujours veiller à ce que tout le monde se sente en confiance. »