/finance/reer
Navigation

Un REER qui ne va presque rien coûter

Comment les contribuables peuvent utiliser l’impôt pour bonifier leur portefeuille?

Coup d'oeil sur cet article

Cotiser à un REER peut, en fonction de votre situation, vous coûter bien moins cher que vous ne le pensez. Suivez le guide.

Contribuer à votre REER pourrait non seulement vous permettre de payer moins d’impôt, mais aussi de récupérer une bonne partie de votre mise. Trop beau pour être vrai ? Ce qui suit vous fera peut-être changer d’avis.

Mesures fiscales et sociales

Lorsque l’on cotise à son REER, le montant versé est automatiquement déduit de vos revenus.

« Par exemple, si vous versez 1000 $, la même somme sera retirée de la ligne du revenu total dans votre déclaration d’impôt », explique le planificateur financier André Lacasse. Votre cotisation d’impôt sera donc réduite, ou encore vous recevrez un remboursement d’impôt, ce qui, dans tous les cas, est avantageux.

Mais ce n’est pas tout, car votre contribution pourrait travailler doublement. En effet, en réduisant votre revenu, certaines mesures fiscales ou sociales applicables pourraient être bonifiées.

« C’est le cas de l’allocation canadienne pour enfant, du crédit pour TPS, de la Prime au travail et du Crédit d’impôt-solidarité », précise André Lacasse. En revanche, cela ne concerne pas les taxes salariales (RRQ, Assurance-emploi, RQAP) qui, elles, sont calculées sur le revenu brut.

Récupérer sa cotisation

Prenons un exemple concret. Faisons l’exercice avec un parent célibataire ayant la garde de ses deux enfants mineurs. Le revenu familial est de 50 000 $ et la contribution REER de 1000 $.

Grâce à cette dernière, le revenu imposable passe à 49 000 $ et il pourra donc récupérer de l’impôt. Avec un taux marginal de 37,12 % en 2018, il aura droit à un remboursement de 371,20 $.

« Mais en réduisant le revenu, d’autres mesures fiscales ou sociales seront aussi bonifiées », mentionne André Lacasse.

Ainsi, le parent bénéficiera d’une augmentation de 135 $ de l’Allocation canadienne pour enfants, soit l’équivalent de 13,5 %.

En ce qui concerne le crédit pour TPS, il augmentera de 50 $, l’allocation pour enfant (Québec) de 40 $ et le Crédit d’impôt-solidarité, de 60 $. Ces quatre mesures cumulées ajoutent 285 $ au budget.

Dans certains cas, le taux marginal ajusté d’un ménage peut atteindre voire dépasser les 75 % !

Bien sûr, il ne s’agit pas d’une recette magique et les retombées varient grandement en fonction du revenu et de la situation familiale.

« Un célibataire ne récupérera pas autant, parfois rien. Les personnes ayant des enfants mineurs à leur charge seront plus avantagées », souligne M. Lacasse.

Conseils :

  • Vous voulez savoir quel est votre taux réel d’imposition? Consultez la courbe de Laferrière qui correspond à votre situation parmi les 39 scénarios proposés sur le site du Centre québécois de formation en fiscalité : www.cqff.com/claude_laferriere/courbe2018.htm
  • Sur chaque graphique, la ligne rouge représente le taux d’imposition marginal calculé en fonction des tables d’imposition, alors que ligne bleue illustre le taux effectif marginal d’imposition auquel vous êtes réellement soumis. Votre taux d’imposition pourrait être bien plus élevé que vous ne le pensez, car chaque dollar de revenu supplémentaire vient réduire ou annuler les montants des mesures fiscales et sociales.
  • Un professionnel de la planification pourra vous aider à maximiser les retombées de votre contribution REER et à vous conseiller sur le meilleur type de placement en fonction de votre situation.