/opinion/columnists
Navigation

Accouchement maison

Coup d'oeil sur cet article

Intéressant ce dossier du Journal sur ces femmes qui choisissent d’accoucher à la maison, avec ou sans sage-femme. Surprenant de voir les commentaires négatifs que ça génère.

Être enceinte et accoucher, ce n’est pas une maladie. La mainmise médicale sur le processus est récente dans l’histoire humaine. Beaucoup de femmes témoignent s’être senties dépossédées de leur propre grossesse, obligées de recevoir des interventions non désirées. Par exemple, des points de suture qui vont au-delà du nécessaire.

Par le ventre

Vrai également que la médicalisation de l’accouchement a coïncidé avec une baisse dramatique de la mortalité, tant celle des mères que des bébés. Nos ancêtres ayant choisi la station debout depuis quelques millions d’années, les humains, avec leur petit bassin, sont les mammifères les moins bien adaptés pour donner naissance.

N’empêche qu’en tant qu’homme, je suis heureux du fait que la société ne m’imposera jamais tout ce qu’elle fait vivre aux futures mamans. On leur dit quoi boire, quoi manger, comment se comporter, en plus de devoir tolérer que n’importe quel étranger s’autorise à leur agripper le ventre. J’envisage la création d’une ligue de défense des femmes gestantes, parturientes et allaitantes !

Enchantées

Je n’aurai jamais de décision à prendre pour mon propre accouchement, mais je constate que les femmes de mon entourage qui ont vécu l’expérience en compagnie d’une sage-femme en sont toutes ressorties enchantées. L’une d’elles a eu des complications : la professionnelle de la santé a réagi avec diligence et organisé son transfert vers l’hôpital, et tout s’est bien déroulé.

À la fin, l’accouchement, c’est une des choses qui appartient le plus intimement aux femmes. Est-ce qu’on peut au moins leur laisser la liberté de le vivre comme elles l’entendent ?

Et, en passant, si vous voulez vous accroupir pour accoucher comme on l’a fait pendant des millénaires, ce n’est pas le rôle d’un médecin de vous en empêcher.