/weekend
Navigation

Aujourd’hui, j’ai été surpris par un album de Lara Fabian!

Coup d'oeil sur cet article

Bien que reconnue, pour le meilleur comme pour le pire, pour ses chansons à l’eau de rose, l’artiste se « réinvente » en interprète pop depuis Camouflage, un album chanté en anglais paru en 2017.

Lara Fabian

Photo courtoisie

★★★½

Papillon

La transition se poursuit cette année avec Papillon, un LP entonné dans la langue de Molière cette fois-ci... et une occasion en or pour redécouvrir la chanteuse.

LARA AND THE QUEENS !

Rassurez-vous, fans de la dame, Lara Fabian est toujours aussi bien en voix.

Là où ça surprend, c’est dans la réalisation de l’œuvre (gracieuseté de Moh Denebi) et le choix des rythmiques, très « pop moderne », disons, qui pourraient plaire aux fans de Christine & The Queens. Également à noter : des inclinaisons disco (oui, oui !) sur Je suis à toi et Changer le jeu, par exemple.

JASONS DOSAGE !

Bien que le défi est généralement relevé pour Mme Fabian, un certain « problème » de dosage – tout d’abord entendu sur Camouflage – demeure.

Si le précédent était le fameux « album de transition », on peut voir Papillon comme le « LP de l’amélioration ». La direction musicale actuelle de la chanteuse et son entourage se précise. Les pièces – déjà très potables – vivotent de moins en moins et on devine l’interprète – qui cosigne la majorité des textes, d’ailleurs – plus confortable derrière son micro.

Bref, 28 ans après la parution de son premier CD, Lara Fabian arrive à me surprendre. Faut quand même le faire !

Jacobus

Photo courtoisie

★★★

Caviar

À l’extérieur de Radio Radio, le rappeur Jacobus poursuit sa carrière solo avec Caviar, un album satisfaisant, mais qui laisse un brin perplexe. Jacobus évolue en marge du courant rap local actuel avec une direction musicale fichtrement plus électro. Aussi à souligner : Fur Coat Handmedown qui, malgré sa production le moussant comme un brûlot, fait écho au fameux Thrift Store de Macklemore et Ryan Lewis et perd donc de son impact au passage. Bien que l’adjectif « ovni » est galvaudé en critique (mes excuses !), il s’applique tout de même très bien à Caviar. Tentez l’expérience !

Metallica

Photo courtoisie

★★½

Helping Hands...Live & Acoustic At The Masonic

Avis à la poignée d’inconditionnels qui espéraient vraiment un album acoustique capté en concert de Metallica, le combo culte exauçait votre vœu au début du mois avec cette offrande caritative. Outre l’aspect charitable de l’enregistrement (comme vous l’aurez deviné, les profits de l’œuvre sont versés à l’organisme Helping Hands), le show livré ici tient surtout de l’exercice de style qui se prête bien aux ballades de Metallica (Nothing Else Matters et The Unforgiven, surtout), mais beaucoup moins au reste de sa discographie. Un beau risque... qui s’avère pour fans, surtout.

Artistes variées

Photo courtoisie

★★★★

La renarde

Non contents de rassembler la quasi crème des interprètes actuelles du Québec sur un seul album (Fanny Bloom, Queen Ka, Klô Pelgag, Louise Latraverse et j’en passe), les réalisateurs de ce projet – Ines Talbi et Martin Léon – réunissent ces voix pour célébrer Pauline Julien. Outre quelques (rares) longueurs et une direction musicale un peu trop conservatrice, La renarde est un périple enrichissant au sein de l’œuvre d’une immortelle. Connaisseurs ou pas, tentez le coup !

Coup de coeur

CHEVAL FOU

Photo courtoisie

★★★½

Ça va être louche

À l’aube de son 10e anniversaire, le combo rock garage propose un quatrième album (déjà !) toujours en phase avec sa discographie actuelle : pesant, drôle, sans toutefois être humoristique (bref, les fans de Crampe en masse, passez votre tour). En fait, là où Ça va être louche se distingue des autres offrandes du quatuor, c’est dans sa volonté à délaisser les gants blancs (surtout pour ce qui est des textes). Côté musiques, imaginez un croisement entre la folie des Hives et le sens de la mélodie des Strokes, notamment.

À (re)découvrir ! Détails sur chevalfou.com.