/sacchips/zoneassnat
Navigation

Cette loi TRÈS archaïque vous interdit d’aller plus vite que le «petit trot» près d’une église

Cette loi TRÈS archaïque vous interdit d’aller plus vite que le «petit trot» près d’une église
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

On vient probablement de tomber sur l’article de loi le plus drôle du Québec.  

Dans la loi sur la liberté des cultes, à l’article 9, il est inscrit que le marguillier, c’est-à-dire un «laïc préposé à la garde et à l’entretien d’une église» selon le dictionnaire Antidote, peut donner une amende de 1 $ à 2 $ pour les contrevenants qui se rendent ou reviennent d’un «service divin» plus rapidement que la vitesse du «petit trot».   

«Toute personne qui assiste au service divin d’une telle église, ou qui y va ou en revient et qui, en approchant ou en revenant, à la distance de 585 m, va, à cheval ou en voiture, plus vite que le petit trot, encourt pour chaque infraction une amende de pas plus de 2 $ ni de moins de 1 $», peut-on lire exactement.   

Selon Wikipédia, la vitesse du pas du cheval est d’environ 7 km/h et celle du trot est de 14 km/h.    

Mais ce n’est pas tout.   

Selon l’article 5, vous pourriez recevoir une amende, toujours de la part du marguillier, allant de 1 $ à 8 $, si vous causez des «désordres dans l’église d’une paroisse ou d’une localité, pendant le service divin», si vous vous conduisez d’une «manière indécente ou irrévérencieuse dans cette église ou près de cette église», si vous résistez aux marguilliers, ou à «toute autre personne, dans l’exécution des devoirs qui leur sont imposés par la présente loi», ou encore si vous les insultez.   

Ce n’est pas encore fini.   

Dans l’article 6, il est écrit que si vous recevez l’ordre de vous retirer ou d’entrer dans l’église, «pendant le service divin», et que vous refusez, vous êtes passible d’une amende de 1 $ à 4 $.   

Mais pourquoi le marguillier vous demanderait-il une telle chose?  

Eh bien, il est en droit de le faire pour «toute personne qui demeure ou s’amuse près [d’une] église ou autre place consacrée au culte public, ou dans les chemins et places publiques adjacents, ou dans la salle publique attachée ou adjacente au presbytère.»  

Voilà.   

Vous êtes maintenant avertis.