/news/politics
Navigation

Entente «imminente» sur la protection de l’eau potable

Coup d'oeil sur cet article

Les municipalités de Stoneham, Lac-Beauport et Sainte-Brigitte-de-Laval sont sur le point de s’entendre avec la Ville de Québec sur les modalités d’un tout nouveau règlement visant à protéger les sources d’eau potable.

« Les discussions vont bon train. Je suis confiant d’en arriver à une entente imminente. C’est une question de jours. On devrait être capables d’entrer en contact avec les médias sous peu pour dévoiler les détails », a confié le maire de Lac-Beauport Michel Beaulieu, lundi, en entrevue.

M. Beaulieu n’a cependant pas été en mesure de confirmer que la nouvelle mouture du règlement de contrôle intérimaire (RCI), qui balisera la construction dans les bassins versants au nord de Québec, sera déposée à temps pour la séance de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ), prévue le 21 février.

Au cabinet de Régis Labeaume, la prudence était de mise lundi. « Ça va plutôt bien, mais il reste quelques petites étapes à franchir avant de dire que tout est réglé », a indiqué l’attaché de presse du maire de Québec, Paul-Christian Nolin.

Règlement hors cour recherché

En mars 2018, la Cour supérieure avait invalidé le RCI 2016-74 qui limitait de façon importante la construction au nord, notamment dans les zones de forte pente. La Ville de Québec avait ensuite annoncé qu’elle contesterait le jugement en appel.

Depuis, les parties tentent toutefois d’en arriver à une entente négociée afin d’éviter les démarches judiciaires additionnelles. L’arrivée de nouveaux élus à la tête des trois municipalités du nord a contribué à un changement de ton.

Le maire Beaulieu a dit comprendre, lundi, l’impatience des citoyens qui espèrent un dénouement rapide, en raison de l’incertitude qui plane sur la valeur de leurs terrains et divers projets de construction. « Je les comprends. Ç’a été un peu plus long que prévu, mais on y arrive. Surveillez ça, ça s’en vient », a-t-il promis.