/finance/business
Navigation

Les problèmes de la traverse Matane–Côte-Nord affectent le tourisme

Coup d'oeil sur cet article

BAIE-COMEAU - Les déboires de la traverse Matane–Côte-Nord causent bien des maux de tête à l’industrie hôtelière de la région en cette période de tourisme hivernal.

Les hôteliers s’attendent à ce que plusieurs motoneigistes annulent leur voyage. C’est le cas de l’hôtel Le Manoir, à Baie-Comeau.

L’établissement hôtelier enregistre environ une centaine de réservations de motoneigistes entre la mi-février et la mi-avril. La plupart ne veulent pas revenir sur leur pas. C’est pourquoi ils réservent habituellement le traversier à Baie-Comeau ou à Godbout pour revenir à leur point de départ à partir de la rive sud du fleuve. Mais avec les problèmes de traversiers actuels, beaucoup d’entre eux vont préférer rester dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, estime Raynald Tremblay, directeur général de l’hôtel Le Manoir.

«Ceux qui font la Gaspésie peuvent monter jusqu’à Rimouski, font le tour d’un côté et reviennent de l’autre. Ils remettent tout dans leur remorque et ils repartent, a expliqué M. Tremblay. C’est deux circuits différents pour eux autres. Présentement, je pense que les grands perdants au niveau de la motoneige, c’est sur la rive nord du Saint-Laurent.»

Tourisme Côte-Nord déplore aussi la situation des traversiers, jugeant qu’elle anéantit les efforts de promotion des dernières années.

«Bien qu’on demeure accessible, la traverse fonctionne à Tadoussac. Qu’il y a un traversier qui relie Matane à la Côte-Nord, eh bien, ça donne une perception qu’on est difficile à rejoindre, que c’est compliqué, a souligné Mario Leblanc, directeur général de l’organisme touristique. Ce n’est pas ça qu’on veut laisser entendre, et ce n’est pas ça la réalité. Ça fait cinq ans qu’on travaille sur la notoriété de la Côte-Nord et on fait du recul quand il arrive des situations comme celle-là.»

Tourisme Côte-Nord estime qu’il devra réparer les pots cassés en faisant davantage de promotion au cours des prochains mois.