/news/politics
Navigation

SNC-Lavalin: le commissaire à l’éthique déclenche une enquête

POL-REMANIEMENT-OTTAWA
MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA |  Une enquête sera ouverte sur les questions éthiques entourant la possible ingérence politique exercée par le bureau du premier ministre Trudeau dans le but d’éviter un procès à SNC-Lavalin.

Le Nouveau Parti démocratique a soutenu lundi dans un communiqué que la demande d’enquête qu’il avait formulée a été acceptée par Mario Dion, Commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique.

Un premier député libéral s’était publiquement affiché, plus tôt lundi, en faveur d’une autre enquête, soit celle réclamée auprès d’un comité des Communes.

«Je crois qu’une enquête complète et transparente est nécessaire pour s’assurer que les électeurs de ma circonscription et tous les Canadiens puissent avoir confiance en la véracité des réponses qui ont été données [face aux allégations]», a affirmé un député du Nouveau-Brunswick, Wayne Long, dans une déclaration écrite relayée sur son compte Twitter.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le Globe and Mail rapportait la semaine dernière que le bureau du premier ministre Trudeau aurait exercé de fortes pressions auprès de l’ex-ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, afin que la firme d’ingénierie SNC-Lavalin bénéficie d’une procédure lui évitant un procès au criminel.

Les conservateurs et néo-démocrates réclament une enquête du Comité permanent de la justice et des droits de la personne et dans le cadre de laquelle des témoins clés de l’affaire alléguée seraient interrogés.

Toutefois, la motion en ce sens risque fort d’être battue par les libéraux étant donné leur majorité au sein de ce comité.

M. Long a souligné avoir été «extrêmement troublé» par les allégations d’ingérence politique, ajoutant que rien de ce qu’il a lu depuis dans la presse n’a permis de dissiper ce sentiment.

Le libéral qui préside le comité de la justice, Anthony Housefather, a assuré dans un micromessage envoyé dimanche qu’il a l’intention de «déterminer de façon indépendante» s’il serait utile que le groupe parlementaire se penche sur la question.