/entertainment/tv
Navigation

Décès de Réal Giguère: ses camarades féminines se souviennent

Coup d'oeil sur cet article

«Parfait», «chaleureux», «joyeux», «drôle à en mourir»: interviewées par l’Agence QMI mardi matin, au lendemain du décès de Réal Giguère, Dominique Michel, Michèle Richard, Danielle Ouimet et Patsy Gallant ont rendu un hommage senti à leur camarade disparu, en ne manquant pas non plus de préciser à quel point le pilier de Télé-Métropole pouvait être discret et secret. 

«C’était un homme parfait, a lancé sans détour Dominique Michel, jointe en Floride. Quand on disait que Réal Giguère était parfait, c’était ça. Il était toujours très élégant, très propre, très préparé. Ses vêtements étaient toujours impeccables. C’est un homme qui travaillait beaucoup, qui avait l’air à l’aise. Il n’endurait pas que les gens se conduisent en amateurs autour de lui. C’était un travaillant, et il travaillait très bien. Il était très, très, très, très rigoureux.» 

Drôle et élégant 

Michèle Richard, qui a côtoyé Réal Giguère sur plusieurs plateaux de télévision et joué dans le téléroman «L’Or du temps», écrit par lui, a abondé dans le même sens, vantant «la rigidité et la discipline» de l’animateur de la version québécoise de «Jeopardy». 

«C’était un homme très élégant dans l’attitude, le cœur. Il nous sécurisait beaucoup. Il était très chaleureux. Monsieur Giguère était un grand seigneur», a souligné la chanteuse, qui dit avoir été très près de Sylvain, le fils de Réal Giguère, à une certaine époque. 

«C’était quelqu’un d’extrêmement gentil et, ce qui nous frappait, c’était sa bonne humeur, a ajouté Patsy Gallant, qui a aussi souvent été l’invitée de Réal Giguère dans différents contextes. Il était toujours souriant, joyeux. C’était un grand talent de journaliste, de comédien, d’animateur, qui avait une belle voix. On a perdu un autre grand!» 

Danielle Ouimet, pour sa part, a été coanimatrice de Réal Giguère à plusieurs reprises, et ce dernier lui a fait l’honneur d’un passage à son ancien rendez-vous matinal «Bla bla bla», à TVA. Elle a en outre fait partie de la distribution de «L’Or du temps». 

«Je veux surtout raconter à quel point il était drôle, a insisté l’animatrice et actrice. On le connaissait un peu sévère, mais c’était un pince-sans-rire extraordinaire. J’ai souvenir d’avoir ri pour mourir avec lui. Il n’aimait pas nécessairement être très drôle quand il faisait ses émissions, mais quand il était l’invité, il devenait quelqu’un d’autre, et c’était le délire total! J’aimerais qu’on garde cette image de lui.» 

Loin des mondanités 

Jusqu’à son dernier souffle, Réal Giguère aura été très protecteur de son intimité. Aux dires de Dominique Michel, le communicateur refusait que ses amis aillent le voir aux dernières heures de sa maladie. 

«Je savais qu’il était malade depuis longtemps, mais je ne pouvais pas aller le voir, il ne voulait pas que personne ne le voie, a relaté la comédienne. C’était un homme très fier. C’est sa femme qui m’a téléphoné pour m’annoncer la nouvelle de son décès.» 

«Je suis allée manger une fois chez lui. C’était un cuisinier extraordinaire, mais il ne recevait pas beaucoup de personnes. Il était très discret. Il ne disait pas où il allait en vacances, par exemple. Il ne disait rien à personne, même pas à moi! Il ne se confiait pas», s’est encore remémoré Dominique Michel. 

«Il n’accordait pas sa confiance facilement, et on ne pouvait rien savoir sur sa famille, sur ses enfants, a renchéri Danielle Ouimet. Une fois de temps en temps, il s’épanchait sur son fils, mais il ne parlait jamais de sa femme [l’ancien mannequin Paulette Gingras, NDLR]. C’était rarissime qu’il se promenait avec elle et, quand ça arrivait, il se mettait dans une bulle et avait hâte de partir. Il n’aimait pas les mondanités, parce qu’il trouvait que c’était un moment où on lui posait trop de questions.»