/news/cannabis
Navigation

Le gouvernement Legault inflexible sur l’âge légal du cannabis

Dr Lionel Carmant
Photo Simon Clark Dr Lionel Carmant

Coup d'oeil sur cet article

Peu importe ce que diront les experts en commission parlementaire, la CAQ augmentera l’âge légal pour acheter du cannabis à 21 ans, a confirmé le ministre Lionel Carmant, en essuyant mardi le désistement de plusieurs groupes qui devaient être entendus.   

«Ça, ça ne changera pas», a signalé le ministre de la Santé et des Services sociaux, lorsque questionné par les journalistes sur l'âge légal avant le début des auditions publiques sur le projet de loi resserrant l’encadrement du cannabis.   

Pour le reste, le Dr Carmant s’est dit prêt à « entendre tout le monde » en commission parlementaire. « Il faut qu’on discute », a dit le ministre.   

Le hic, c’est que plusieurs groupes qui devaient être entendus mardi à l’Assemblée nationale se sont désistés à la dernière minute. Les travaux prévus en soirée ont été annulés et seuls les représentants de l’organisme Portage et ceux de la Fédération étudiante collégiale du Québec – les premiers en faveur de la position du gouvernement, et les seconds contre – ont finalement comparu.   

Désistements  

«Je suis déçu. J’ai perdu des joueurs qui étaient en ma faveur : l’Association des médecins psychiatres, la Fédération des médecins spécialistes», a reconnu le ministre Carmant, en accusant les libéraux d’avoir «retardé le processus».   

Or selon le député libéral André Fortin, certains groupes ont appris à quelques heures d'avis qu’ils étaient attendus au Parlement. «Disons que ça commence bien mal», a déploré le porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé.   

Si les désistements ont été nombreux, c’est que la plupart ont l’impression «que les jeux sont faits d’avance», selon lui.   

«Je ne sens pas une grande ouverture du ministre », a dit M. Fortin, en rappelant que lors du dépôt du projet de loi 2, en décembre dernier, le gouvernement a fait le souhait d’une « courte consultation ». Du « jamais-vu» pour le député libéral de Pontiac.   

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

  

«Ce n’est pas une vraie consultation, ce qui se passe en ce moment», a-t-il dénoncé en commission parlementaire.   

Un peu plus tôt, l’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a abondé dans le même sens.   

«Ils [les groupes qui se sont désistés] ne viennent pas pour une raison bien simple. [...] Qu’est-ce que ça donne, si c’est tout pipé d’avance.»   

Cohérence  

Lors des auditions, les députés Sylvain Gaudreault et Sol Zanetti, respectivement du Parti québécois et de Québec solidaire, ont déploré le «manque de cohérence» du gouvernement par rapport à la vente d’alcool et de cigarettes, qui est permise à l’âge de 18 ans.   

«La cohérence, ce n’est pas un point si important que ça», a plus tard défendu le ministre Carmant, en soulignant que l’âge pour l’achat de cigarettes et d’alcool est de 19 ans à certains endroits au Canada.   

«S’il y en a qui sont heureux aujourd’hui, c’est bien le crime organisé», a déploré M. Gaudreault.   

«C’est un projet de loi qui est infantilisant», voire même «insultant pour les adultes», a lancé à son tour M. Zanetti, en reprochant au gouvernement de vouloir congédier les employés de la SQDC âgés de 18 à 21 ans.