/sports/baseball
Navigation

Le bassin Peel dans la mire des promoteurs

Stephen Bronfman et Pierre Boivin veulent négocier avec le fédéral, propriétaire du terrain où serait construit le stade de baseball

Coup d'oeil sur cet article

Les plans se précisent pour le stade de baseball que veulent construire les promoteurs du retour des Expos : ils lorgnent un terrain au sud du bassin Peel.

Les hommes d’affaires Stephen Bronfman et Pierre Boivin, qui travaillent au retour du baseball majeur à Montréal, viennent de s’enregistrer au Registre des lobbyistes.

Ils veulent obtenir l’appui de Québec dans des « discussions à venir » avec la Société immobilière du Canada (SIC) « concernant la cession potentielle d’un terrain ».

Stephen Bronfman
Photo Martin Alarie
Stephen Bronfman

La société d’État fédérale détient trois lots dans le secteur, tout près du site de la future gare du bassin Peel projetée pour le Réseau express métropolitain.

L’un d’entre eux est déjà visé par un droit de préemption de la Ville de Montréal. Ça signifie que si la SIC trouve un acheteur pour le terrain, l’administration municipale se réserve le droit de l’acheter à sa place, pour le même prix.

Pierre Boivin
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits
Pierre Boivin

En décembre dernier, la mairesse Valérie Plante avait laissé entendre à la Presse canadienne que cette décision était liée au projet d’implantation d’une équipe du baseball majeur à Montréal.

« Vous savez, le droit de préemption a été appliqué sur 90 terrains, avait-elle dit. En ce moment, nous n’avons pas l’intention de tous les acheter d’un coup, parce que c’est beaucoup d’argent, mais ça va se faire en fonction des projets qui émergent. Et je ne vous cacherai pas qu’un stade, c’est un bon projet. »

Mandat pour négocier

Pierre Boivin est le président-directeur général de Claridge, la société d’investissement de Stephen Bronfman. Ils mènent le groupe d’hommes d’affaires qui tentent de ramener le baseball majeur à Montréal.

Leur enregistrement comme lobbyistes les autorise à approcher le gouvernement québécois pour qu’il les aide à négocier l’achat d’un terrain avec la SIC, la société d’État qui détient des terrains pour Ottawa.

Chaque fois qu’il est question du retour du baseball à Montréal, le commissaire Rob Manfred manifeste de l’enthousiasme. En juillet dernier par exemple, à l’émission de sports américaine Dan Patrick Show, il avait dit que la métropole était « certainement » sur la liste des villes d’expansion d’intérêt.

Les acquisitions envisagées