/news/transports
Navigation

La météo multiplie les nids-de-poule à Québec

Les garagistes remarquent une recrudescence

Les nids-de-poule ont commencé à faire leur apparition dans les rues de Québec, comme ici sur la rue Saint-Paul.
Photo Pascal Huot Les nids-de-poule ont commencé à faire leur apparition dans les rues de Québec, comme ici sur la rue Saint-Paul.

Coup d'oeil sur cet article

La multiplication des périodes de redoux a eu pour effet de favoriser un retour précoce des nids-de-poule sur nos routes.  

Alors que certaines rues ressemblent à du fromage gruyère, CAA-Québec confirme que la saison des nids-de-poule s’annonce prolifique.   

«On observe plus de nids-de-poule cette année, compte tenu des nombreuses périodes de gel et de dégel», affirme Annie Gauthier, porte-parole de CAA-Québec.   

«C’est une observation qualitative. On entend beaucoup de commentaires d’automobilistes et on échange avec différents groupes. Cette année, c’est généralisé sur le réseau routier», ajoute-t-elle.   

À la Ville de Québec, on affirme que 20 équipes de cols bleus sont disponibles sur le territoire pour réparer les trous. Le délai d’intervention est en moyenne de deux jours, selon Wendy Whittom, porte-parole à la Ville.   

«Ça peut être moins aussi. Lorsqu’il y a beaucoup d’eau ou de neige, on ne peut pas déposer d’asphalte dans les trous. Ça prend un certain niveau d’assèchement. Là, on annonce une tempête. On ne peut pas les réparer durant ce temps», informe Mme Whittom.  

Les cycles de gel et de dégel sont difficiles pour le réseau routier, comme on le voit à Lévis, sur la route Monseigneur-Bourget.
Photo Pascal Huot
Les cycles de gel et de dégel sont difficiles pour le réseau routier, comme on le voit à Lévis, sur la route Monseigneur-Bourget.

Une cadence inhabituelle  

Dans les garages, on note une recrudescence. Desharnais Pneus et Mécanique du boulevard Pierre-Bertrand à Québec effectue une à deux vérifications de conduites par jour ces temps-ci liées à la présence des nids-de-poule.   

Cette cadence est inhabituelle, d’après Alexandre Abel, directeur de la succursale.   

«On voit ça plus à la fin mars, quand le dégel est vraiment installé. On a plus de réparations qu’à l’habitude, mais ce n’est pas encore la folie furieuse», dit-il.   

Les problèmes les plus fréquents sont les pneus et les roues endommagés, les bris au système de direction et les amortisseurs à changer.   

«On parle de factures de 100 $ à 500 $, si on est vraiment malchanceux», dit M. Abel.   

Changements climatiques  

Charlyne Ratté, vice-présidente de Pneus Ratté, observe aussi une saison de nids-de-poule hâtive.   

Avec les changements climatiques, les variations de température seront de plus en plus courantes.   

«Le cocktail météo est très favorable à la détérioration des routes, mais il ne faut surtout pas prendre cela à la légère. Certains bris peuvent avoir des conséquences graves», avise-t-elle.   

Selon les statistiques, la Ville de Québec a réparé 299 nids-de-poule du 1er novembre 2018 au 10 février 2019, contrairement à 484 pour la même période l’an dernier.