/news/green
Navigation

Des airs de ville fantôme à Québec après la tempête

Avec une bordée de près de 40 centimètres, la ville de Québec a été paralysée par le temps violent

Les résidents de Québec ont eu un réveil difficile mercredi, alors que plusieurs ont retrouvé leur véhicule enseveli sous la neige. Le budget annuel de déneigement de la Ville de Québec, qui avoisine les 45 M$, devrait suffire pour l’instant. La Ville assure qu’elle a encore une marge de manœuvre avant de devoir piger dans sa réserve financière de 20 M$.
Photo Stevens Leblanc Les résidents de Québec ont eu un réveil difficile mercredi, alors que plusieurs ont retrouvé leur véhicule enseveli sous la neige. Le budget annuel de déneigement de la Ville de Québec, qui avoisine les 45 M$, devrait suffire pour l’instant. La Ville assure qu’elle a encore une marge de manœuvre avant de devoir piger dans sa réserve financière de 20 M$.

Coup d'oeil sur cet article

Paralysée par la neige et désertée par sa population, Québec a pris des airs de ville fantôme, mercredi, ensevelie sous sa plus grosse tempête de l’hiver.

Le temps violent a chamboulé le quotidien de millions de Québécois. Personne ne s’est trompé. Personne n’a été surpris. C’était une vraie.

La quantité de neige, les vents, la poudrerie... Une quarantaine de centimètres à Montréal, à peine un peu moins à Québec. Il ne manquait rien, sauf les automobilistes pratiquement invisibles sur les routes.

Les drames ont été évités, sauf à Larouche, au Saguenay. Un homme de 58 ans est mort après avoir été heurté de plein fouet par un train alors qu’il faisait du déneigement.

Les autorités avaient notamment demandé aux automobilistes d’éviter tout déplacement non essentiel et la consigne a été respectée. Air Transat a même eu l’esprit vif avec son immense panneau d’affichage qui montrait la météo à Varadero, Cancún, Montego Bay et Panama City.

Après un répit de quelques heures, les prévisions montrent déjà une autre bordée pour jeudi.

« Ça ne sera pas une tempête, mais une chute de neige significative qui pourrait dépasser 10 centimètres », explique Jean Brassard, d’Environnement Canada.

Que des fermetures

Sous cet enfer blanc et les autorités en alerte, il serait plus rapide de faire la liste de ce qui n’était pas fermé mercredi.

La région de Québec s’est réveillée secouée par des vents de près de 80 km/h et de la poudrerie élevée réduisant presque à néant la visibilité.

« C’est la plus grosse tempête que la région de Québec et le sud du Québec ont connue depuis le début de l’hiver », souligne Simon Legault, d’Environnement Canada.

Les résidents de l’Île-d’Orléans ont même été isolés pendant environ 45 minutes quand la circulation a été interrompue sur le pont.

La circulation s’est faite pendant plusieurs heures en alternance et uniquement sous escorte policière.

Il s’agit d’un endroit « extrêmement exposé à la poudrerie avec les corridors de vent », a expliqué Marc-André Pelchat, du ministère des Transports (MTQ).

Le ministère des Transports du Québec diffusait un message de prudence sur un chemin désert, mercredi.
Photo Stevens Leblanc
Le ministère des Transports du Québec diffusait un message de prudence sur un chemin désert, mercredi.

L’autoroute 20 et la route 132 ont été fermées entre Lévis et Montmagny. L’autoroute Dufferin-Montmorency a aussi été fermée en raison de la météo. Même une partie de l’autoroute 40, en direction est, a été bloquée à Beauport.

Toujours à Québec, les côtes Gilmour et Salaberry ont dû être fermées. À L’Ancienne-Lorette, une partie de la route de l’Aéroport a subi le même sort.

Mesures d’urgence

De son côté, la Ville de Lévis a déployé son centre de coordination des mesures d’urgence. « On a un hiver qui est hors norme », a reconnu un autre porte-parole du MTQ, Guillaume Paradis.

Comme tous les établissements scolaires, même l’Université Laval a suspendu toutes ses activités, du jamais-vu depuis mars 2016. Enfin, le Carnaval de Québec a cessé temporairement les festivités.

Une semaine pour déneiger

La Ville de Québec a invité les citoyens à « s’armer de patience » en prévision des opérations de déneigement à venir. Toutes les équipes seront au travail durant au moins une semaine.

« On va souffler pour nettoyer le passage pour le Carnaval et on va reprendre nos opérations de soufflage dimanche. Ça va être un bon nettoyage et ça va prendre probablement toute la semaine prochaine pour compléter tout ça », a résumé le responsable du déneigement au comité exécutif de la Ville, Jérémie Ernould.

Malgré les précipitations abondantes, les dépôts à neige ne sont remplis qu’à 50 % de leur capacité.

– Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée