/news/currentevents
Navigation

Il se fait arrêter pour alcool au volant deux fois... dans la même nuit!

Coup d'oeil sur cet article

La tempête ralentit visiblement aussi les conducteurs fautifs, alors qu’un homme qui conduisait son véhicule en état d’ébriété a été arrêté deux fois dans la même soirée par les policiers de Lévis, après s’être enlisé dans la neige.

Marco-Christian Gallegos, 47 ans, est ainsi devenu un récidiviste pour conduite avec les capacités affaiblies en l’espace d’à peine trois heures, dans la nuit de mardi à mercredi, à Lévis. 

Il a d’abord été arrêté à l’intersection des rues Diana et Pierre-Arthur à St-Romuald vers minuit, après avoir été impliqué dans un accrochage. Quelques minutes avant, un citoyen avait signalé sa conduite erratique aux policiers. 

Trois fois la limite permise

Le résident de Lévis a ensuite été amené au poste de police, où il a soufflé plus de trois fois la limite permise d’alcool dans le sang. Son permis a ainsi immédiatement été suspendu pour une durée de 90 jours, alors que sa voiture a été saisie pour 30 jours, avant d’être remorquée.

Vers 2 h 30, les policiers l’ont libéré sous promesse de comparaître. En quittant le poste de police en taxi, l’individu s’est toutefois rendu directement dans la cour du remorqueur dans le but de reprendre son véhicule, avec son deuxième trousseau de clés. «La barrière de la cour du remorqueur n’était pas fermée complètement en raison de la neige», explique le porte-parole du Service de police de la ville de Lévis, Patrick Martel.

Deuxième arrestation

Mais aussitôt au volant de sa voiture, il s’est enlisé dans la neige. L’employé du remorqueur sur place a ainsi rapidement constaté qu’une voiture était en marche. Il a alerté les policiers, qui sont venus l’arrêter pour une deuxième fois, vers 3 h du matin. «Il a été ramené au poste, où il a cette fois soufflé le double de la limite permise d’alcool dans le sang», explique M. Martel.

Gallegos a comparu mercredi au palais de justice de Québec et a été remis en liberté sous conditions. Il doit revenir en cours au début du mois de mars.