/news/politics
Navigation

Réforme de l'immigration: plusieurs semaines d'attente pour le nouveau système

Simon Jolin-Barrette
Photo Simon Clark Simon Jolin-Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Malgré l’annulation des 18 000 dossiers déjà en attente, les candidats à l’immigration qui déposeront l eur déclaration d’intérêt dans le nouveau système Arrima devront patienter plusieurs semaines, voire des mois, avant de recevoir l’appel de Québec.  

Depuis jeudi dernier, le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, invite ceux qui souhaitent immigrer au Québec à utiliser ce nouveau système mis en place en août dernier par le gouvernement Couillard. Toutefois, aucun candidat s’étant manifesté à travers la plateforme Arrima – qui vise à arrimer les immigrants aux besoins des entreprises – n’a encore été invité à présenter un dossier d’immigration. Les premiers appels attendront après l’adoption du projet de loi 9. 

«Présentement, les dossiers qui étaient traités, c’étaient les 18 000 dossiers au niveau de l’inventaire. Donc, à partir du moment où le projet de loi sera entériné, je vais pouvoir traiter les dossiers d’Arrima. Mais une chose est sûre, c’est que j’invite les gens à faire leurs déclarations d’intérêt dans Arrima, pour pouvoir les inviter», a expliqué le ministre Jolin-Barrette mercredi à la sortie du Conseil des ministres.  

Le ministre a refusé d’expliquer pourquoi Québec devra attendre l’adoption du projet de loi avant de contacter les premiers candidats. «J’ai la latitude pour traiter les dossiers à partir du moment où je le souhaite», a-t-il pourtant précisé.  

Aucun dossier en traitement 

Quelques minutes plus tôt, la critique libérale en matière d’immigration a de nouveau exhorté Québec à traiter les 18 000 dossiers en attente qui seront annulés par le projet de loi. «Encore aujourd’hui, il n’y a personne au ministère, au MIDI, qui est en train de traiter un dossier, a-t-elle souligné. Pourquoi ne pas procéder?» 

«La seule explication que l’on trouve logique, c’est qu’ils veulent désespérément atteindre leur chiffre de 40 000. Ils savent très bien que, s’ils passent à travers les 18 000 dossiers, ils risquent de se retrouver au-dessus du 40 000», a-t-elle ajouté.  

Depuis mardi, les questions de notre Bureau parlementaire au ministère de l’Immigration sur le traitement des candidatures déposées sur Arrima sont restées sans réponse.  

«C’est parce que le ministère n’a pas encore déterminé ce qu’il recherche comme immigrants dans cette plateforme, explique un avocat en droit de l’immigration, Me Maxime Lapointe. Ils n’ont pas encore déterminé le pointage qu’ils vont donner aux différents critères.» 

Priorité aux francophones  

De son côté, le Parti québécois a demandé au gouvernement Legault mercredi de conserver, parmi les 18 000 dossiers annulés, ceux qui concernent des francophones déjà en emploi au Québec.   

«Vous habitez au Québec, vous parlez en français, vous êtes déjà en emploi: ça, ce sont les dossiers prioritaires, a déclaré le chef parlementaire du PQ, Pascal Bérubé. On est capable de le faire, il suffit de mettre davantage de ressources et on est capable d’y arriver.»   

Jusqu’ici, la formation souverainiste s’était tenue à l’écart débat depuis le dépôt du projet de loi.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.