/news/provincial
Navigation

Bras de fer entre l’opposition et la Ville sur les pouvoirs d’arrondissement à Beauport

Bras de fer entre l’opposition et la Ville sur les pouvoirs d’arrondissement à Beauport
Photo d'archives Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Majoritaires au conseil d’arrondissement de Beauport, les deux élus de Québec 21 ont bloqué l’adoption d’un règlement, mardi soir, pour s’opposer au plan de réorganisation administrative de Régis Labeaume.

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, et le président du conseil d’arrondissement Stevens Mélançon refusent d’adhérer au plan de match de l’administration Labeaume et de déléguer certains pouvoirs décisionnels à la Ville de Québec ou à des fonctionnaires des autres arrondissements.

Le règlement qui a été bloqué, lors de la séance du conseil d’arrondissement, prévoyait notamment que les élus beauportois délèguent des pouvoirs en matière de fourniture de services professionnels et d’équipements, d’achat ou de location d’équipements, de fermeture temporaire de voies de circulation, de résiliation de contrat, de location d’un immeuble ou de présentation d’un spectacle, peut-on lire dans le sommaire décisionnel.

Le plan de réorganisation de l’administration Labeaume prévoit aussi que la gestion de la circulation et du stationnement sur le territoire de Beauport soit transférée au Service de transport et de la mobilité intelligente de la Ville de Québec. 

«Il est impensable pour nous d’accepter que les services de proximité des Beauportois soient gérés ailleurs que chez nous. Les décisions qui concernent le déneigement, les parcs et le service de voirie doivent être prises à l’arrondissement et doivent tenir compte des particularités liées à chaque secteur», a déclaré le président de l’arrondissement, Stevens Mélançon. 

Selon lui, l’administration Labeaume n’a pas été en mesure jusqu’à présent de démontrer les bénéfices de sa démarche pour les citoyens.

Les élus de Québec 21 «ne comprennent pas»

Seul autre élu à Beauport, le conseiller d’Équipe Labeaume Jérémie Ernould rétorque que les élus de Québec 21 n’ont tout simplement pas compris le règlement et n’ont pas mesuré la portée de leur geste qui risque de nuire à leurs propres citoyens.

«Ça démontre deux choses : qu’ils ne comprennent pas comment ça fonctionne et qu’ils font de la politique pour faire de la politique. Tout ce qui fait partie de ce règlement-là ou à peu près, c’était déjà le cas avant. Les délégations de pouvoirs dont on parle, c’est des délégations de dépenser qui étaient déjà en place à Beauport. En votant contre ça, tout ce qu’ils font, c’est d’entraîner des délais pour les services aux citoyens.»

«Ils ont le droit de s’opposer à la réorganisation, c’est correct, ils ont voté contre au conseil de ville, mais ça a passé pareil puis là, en s’opposant à un règlement de l’arrondissement qui régit comment ça fonctionne dans l’administratif, ça ne leur donne rien à part de nuire au système», a renchéri M. Ernould.

Mélançon persiste et signe

En entrevue avec Le Journal, Stevens Mélançon avait une interprétation fort différente du règlement et maintient qu’il n’avait d’autre choix que de bloquer son adoption afin de «garder le contrôle sur des éléments importants qui touchent le citoyen et les services de proximité». 

«S’ils veulent faire leur réorganisation ailleurs, rien ne les empêche de le faire. Mais nous, de notre côté, on a très bien compris, on sait où on s’en va avec ça et on veut garder ces pouvoirs-là. Si je disais oui au règlement d’hier, je ne voyais plus passer certains sommaires et je n’avais plus le droit de vote là-dessus, c’est très facile à comprendre», a-t-il martelé.