/news/society
Navigation

Amoureux fous depuis presque 70 ans

Ils avaient 13 et 15 ans lorsqu’ils se sont rencontrés et comptent bien finir leurs jours ensemble

Spécial Saint-Valentin
Photo Simon Dessureault Simone Riopel et Jacques Éthier forment un couple depuis 63 ans.

Coup d'oeil sur cet article

CRABTREE | Un couple d’octogénaires de Lanaudière, qui se sont rencontrés à l’adolescence, a su traverser l’épreuve du temps malgré deux cancers.

« On est capables de se comprendre sans parler et on dit parfois la même affaire en même temps », souligne Jacques Éthier, aujourd’hui âgé de 83 ans.

Il illustre cette « télépathie », comme il l’appelle, en donnant l’exemple qu’il lui arrive de proposer un souper au restaurant et que sa femme répond qu’elle allait justement lui demander la même chose.

Simone Riopel avait 13 ans lorsqu’elle a rencontré Jacques Éthier pour la première fois, en 1951. Elle prenait alors exceptionnellement l’autobus alors qu’elle était pensionnaire au couvent de la municipalité de Rawdon.

« Il m’avait proposé d’amener ma valise au couvent quand je suis débarquée à Rawdon », se souvient la dame aujourd’hui âgée de 80 ans, qui regarde son mari tendrement en lui rappelant qu’elle avait poliment refusé.

Jacques Éthier, alors âgé de 15 ans, connaissait toutefois des pensionnaires externes, à qui il transmettait le message de la saluer presque chaque jour.

Et à Noël, il attendait Simone à la clôture pour venir chercher sa valise.

« Quand j’ai vu ses yeux, je me suis dit : “il va falloir que je sois rapide si je ne veux pas la perdre” », confie-t-il en la prenant par la main lors de la visite du Journal à la maison du couple, à Crabtree, près de Joliette.

Lors de la journée du mariage, le 2 septembre 1957.
Photo courtoisie
Lors de la journée du mariage, le 2 septembre 1957.

Son ange gardien

Il y a 20 ans, Simone est devenue « son ange gardien », alors qu’il luttait contre un cancer de la vessie.

Il était parfois réticent lorsque sa femme lui disait qu’ils devaient se rendre à l’hôpital.

« Le docteur a dit à ma femme de ne plus me le demander, mais de décider, raconte celui qui a travaillé dans une usine de pâtes et papiers durant 40 ans. “Fiez-vous à votre ange gardien”, me disait-il. »

Ce fut la même chose lorsqu’il a combattu un cancer des ganglions en 2009.

« Je suis passé à travers deux cancers grâce à elle », ajoute-t-il.

Trois garçons (Luc, Michel et Claude) sont nés de leur union.

« On sortait beaucoup avec les enfants et ç’a aidé à tenir notre couple fort », témoigne Simone, qui a été mère au foyer lorsque les enfants étaient jeunes.

Le couple compte aujourd’hui cinq petits-fils et cinq arrière-petits-enfants, dont des jumeaux.

Les amoureux adorent aussi aller régulièrement magasiner à Joliette, à Repentigny et même à Mirabel.

« C’est lui qui choisit mon linge, il connaît mes grandeurs et, des fois, je trouve qu’il en achète trop, détaille Simone à la blague. Les vendeuses l’aiment plus que moi. »

Pas de chicane

L’homme et la femme mentionnent aussi qu’ils se seraient séparés souvent s’ils avaient abandonné pour tout et pour rien.

« Il y a eu des périodes de boudage, mais il n’y en a plus depuis 10 ans parce qu’on ne veut pas perdre le bon temps qu’il reste », explique Jacques le plus sérieusement du monde.

Michel Éthier, le cadet de la famille, confirme que ses frères et lui n’ont jamais été témoins d’une chicane entre leurs parents.

« Mon père la regarde encore avec des yeux émerveillés 60 ans plus tard. Mes parents ont toujours été complices », dit-il sans hésiter.

Mourir ensemble

Également amoureux de la vie, les deux tourtereaux ne se voient pas vivre l’un sans l’autre un jour.

« Je l’ai connu à 13 ans. Si Jacques part, je veux partir avec lui », souhaite Simone.

« J’ai encore besoin d’elle et on veut mourir ensemble un jour », ajoute son mari.

Les secrets de leur succès

Les amoureux rencontrés par Le Journal ont confié les secrets de la longévité de leur mariage.

1. Il faut partager des intérêts communs. Pour eux, c’était « la motoneige, les goûts culinaires, les voyages », selon Jacques Éthier et Simone Riopel. Ils jouent aux cartes tous les lundis soir avec une quarantaine de personnes âgées.

2. Sortir et faire des choses chacun de leur côté : « Notre amour n’aurait pas duré si on avait toujours été enfermés juste nous deux dans la maison. J’aime ça être avec lui, mais il faut que je voie d’autres personnes », explique Simone Riopel.