/news/provincial
Navigation

125 millions de litres d’eaux usées dans le fleuve à Québec

Coup d'oeil sur cet article

 La Ville de Québec déversera jusqu’à 125 millions de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent près du pont Pierre-Laporte, à partir de lundi, en raison de travaux majeurs réalisés sur une conduite sanitaire. 

 La manœuvre, qui consiste à installer une gaine de fibre de verre sur une conduite en béton de 900 millimètres sous pression, obligera la Ville à procéder à un déversement d’eaux non traitées «sur une durée maximale de 120 heures», peut-on lire dans un communiqué diffusé vendredi par «souci de transparence». 

 En décembre, des travaux préparatoires au même endroit, tout près des ponts, avaient forcé la Ville à rediriger 12,8 millions de litres d’eaux usées dans le fleuve. Même si la quantité sera 10 fois plus importante cette fois-ci, la Ville de Québec minimise l’impact du déversement sur l’environnement. 

 Le débit moyen du fleuve Saint-Laurent est de 12 millions de litres à la seconde, rappelle-t-on. «Les citoyens n’en verront pas d’effet», fait-on valoir, rappelant que le volume déversé, bien qu’impressionnant, ne représente que «0,09 % des 137 milliards de litres d’eaux usées traitées annuellement».   

 La population invitée à collaborer 

 «Le mois de février a été retenu pour ces travaux puisque cette période de l’année représente le moment où le débit d’eaux usées est le plus faible à cet endroit. Nous incitons tous les usagers du secteur Sainte-Foy et Sillery à réduire autant que possible les volumes d’eaux usées qui sont acheminés aux réseaux pendant cette période», ajoute-t-on dans le communiqué. 

 En 2016, la Ville de Québec avait aussi procédé à un déversement de 135 millions de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent et la rivière Saint-Charles, en raison de travaux réalisés aux stations d’épurations ainsi qu’aux postes de pompage Saint-Pascal et Limoilou. En 2015, à titre de comparaison, la Ville de Montréal avait déversé près de 5 milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent lors du désormais célèbre «flushgate».

Autorisation du gouvernement 

La Ville de Québec a obtenu un certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement pour procéder à ce nouveau déversement. Les travaux qu’elle effectuera la semaine prochaine ont d’ailleurs été planifiés en étroite collaboration avec le ministère.

«C’est de la saine gestion de faire l’entretien de conduites avant qu’elles brisent. S’il fallait que cette conduite-là cède, il y aurait un débordement incontrôlable de bien plus grande ampleur», a relativisé la porte-parole de la Ville, Wendy Whittom.