/news/currentevents
Navigation

Effondrement d'un bâtiment municipal: Notre-Dame-du-Mont-Carmel s'organise

Effondrement d'un bâtiment municipal: Notre-Dame-du-Mont-Carmel s'organise
Photo courtoisie, Notre-Dame-du-Mont-Carmel

Coup d'oeil sur cet article

La municipalité de Notre-Dame-du-Mont-Carmel s'organise après l'effondrement d'une partie de son garage municipal. Alors qu'il neigeait toujours, vendredi, des camions de déneigement se trouvaient encore sous les décombres.

En avant-midi, des employés retiraient la neige des toits des bâtiments voisins du garage municipal. Plus de 24 heures après l'incident, c'était toujours l'incompréhension.

«Ça faisait deux semaines qu'on avait commencé à déneiger nos toits et ce toit-là, c'était celui qui avait le moins de neige de tous les bâtiments. Ce n'est pas de la négligence. En 2008, l'année où on avait reçu beaucoup de neige, nous n'avions pas déneigé cette partie-là parce qu'elle est balayée par les vents», a expliqué Guy-Luc Beaupré, directeur des communications de la municipalité.

Une grande section du garage municipal sera complètement rasée. Le mur qui se rattache au deuxième bâtiment sera aussi démoli. Les employés de la voirie conservent un accès à la deuxième bâtisse qui est sécuritaire.

Il y aura des impacts à prévoir sur les opérations de déneigement puisque deux camions sont ensevelis sous les décombres. «C'est sûr que ça va avoir des impacts sur nos opérations de déneigement. On a cinq véhicules normalement, on va opérer à trois véhicules. Des camions libres qui attendent dans un garage pour venir nous aider, c'est pas si facile à trouver, et qui connaissent le circuit...», ajoute Guy-Luc Beaupré.

La générosité du maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel a en quelque sorte sauvé trois de ses employés qui devaient se trouver dans la section du garage municipal qui s'est effondrée. Jeudi, à 13 h, Luc Dostaler avait apporté des chocolats et discutait avec ses employés dans le bâtiment voisin. «S’il n'y avait pas eu ces petits chocolats, peut-être qu'il y aurait eu des blessés ou plus grave encore. La Saint-Valentin a sauvé les gars qui devaient se trouver dans cette section.»