/entertainment/events
Navigation

Un regard sur la place de l’humain dans l’univers

La Manif d’art 9 – La biennale de Québec présente les œuvres et créations de 100 artistes

Coup d'oeil sur cet article

 La planète est fragile. La Manif d’art 9 – La biennale de Québec, qui débute samedi à Québec, propose une prise de conscience sur la place de l’être humain dans l’univers. 

 Sous la thématique Si petits entre les étoiles, si grands contre le ciel, cette grande fête de l’art actuel, qui se déploiera jusqu’au 21 avril, un peu partout à Québec, ne se veut pas moralisatrice. 

 « On ne parle pas d’écologie et d’environnement. Elle s’intéresse à comment nous allons habiter notre planète plus tard », a précisé Bernard Lamarche, conservateur de l’art actuel au Musée national des beaux-arts, lors d’une visite de presse. 

 La Manif d’art 9 – La biennale de Québec se déploie dans une multitude de centres d’artistes et de lieux de diffusion. L’exposition centrale, qui se déroule au pavillon Pierre Lassonde, met en vedette le travail de 19 artistes provenant de huit pays. 

 Le complexe Méduse et une dizaine d’endroits présentent le travail en solo de 13 artistes. Un parcours d’art public a aussi été aménagé dans le Vieux-Québec. 

 L’exposition centrale, orchestrée par le commissaire invité Jonathan Watkins, offre quelques premières nord-américaines fort spectaculaires et intrigantes. 

 Le Tchèque Kristof Kintera a bâti une œuvre intitulée Systemus postnaturalis. Il s’agit d’une installation où l’artiste a construit une île à partir de débris informatiques qu’il a récupérés en 2016 et en 2017. Une œuvre qui a nécessité trois jours de montage et qui témoigne de l’hyperconsommation et de l’obsolescence programmée. 

 Iceberg à la dérive 

 Le Québécois Daniel Corbeil a bâti, avec Cité Laboratoire, une tour végétale de huit pieds de haut, constituée de matière vivante et recyclée, qui propose sa vision d’un mode de vie du futur. 

 Caroline Gagné, de Québec, a monté une expérience multisensorielle à partir d’enregistrements sonores et vidéo d’un iceberg à la dérive. 

 À la Bande vidéo, dans le complexe Méduse, le Colombien Felipe Castelblanco, qui a fait une résidence à Québec l’été dernier, présente avec Driftless un périple qu’il a fait à bord d’un radeau de fortune dans 11 pays et sur le fleuve Saint-Laurent.  

 La programmation complète et détaillée de la Manif d’art 9 – La biennale de Québec est en ligne à manifdart.org/manif9.