/news/education
Navigation

Front commun contre les maternelles 4 ans

Front commun contre les maternelles 4 ans
PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge a confirmé dimanche l'implantation de 250 nouvelles classes de maternelle 4 ans pour la prochaine rentrée scolaire, malgré la résistance des trois partis de l'opposition et de regroupements d'éducatrices en CPE.

Ainsi, le nombre total de classes de maternelle 4 ans sera porté à 644 dans la province dès la prochaine rentrée scolaire. Les 394 autres sont déjà fonctionnelles dans les milieux défavorisés. Sur une base volontaire, plus de parents pourront donc choisir d’envoyer leur enfant à la maternelle plus tôt.

«Ça va être une offre de plus. On ne fait pas la maternelle 4 ans contre les CPE (centre de la petite enfance). En ce moment, les CPE n’accueillent que 25 % des enfants de 4 ans. Soixante-quinze pour cent ne sont pas en CPE, et 20 % ne sont dans aucun service de garde», a-t-il dit dans une entrevue dimanche sur LCN.

Il trouvera cependant de la résistance sur son chemin. Les trois partis de l’opposition ont dénoncé le projet en conférence de presse dimanche, aux côtés du Conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance et de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec.

Investissements

Selon eux, les 400 à 700 millions $ prévus pour déployer les classes de maternelle 4 ans pourraient être mieux investis, entre autres pour créer des places en CPE.

«On sait qu’il y a des parents qui sont toujours en attente de places de qualité pour leurs enfants dans les centres de la petite enfance et en milieu familial [reconnu par le gouvernement]», a dit la directrice générale du Conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance, Francine Lessard.

La députée Jennifer Maccarone du Parti libéral a pour sa part souligné le piètre état de plusieurs écoles.

«Si on parle de notre maison, est-ce qu’on va la meubler, est-ce qu’on va faire la peinture, quand on sait que le toit est en train de couler?», a-t-elle lancé.

«Harry Roberge»

Le député de Québec Solidaire Vincent Marrissal a comparé le gouvernement Legault à l’école du sorcier Harry Potter.

«On se croirait un peu à Poudlard, avec Harry Roberge qui nous sort sa baguette magique et qui dit "Faites-vous en pas. On va construire des écoles, on va mettre des maternelle 4 ans. Il va y avoir plus d’argent"», a-t-il dit.

Le ministre Roberge s’explique difficilement cette résistance.

«Je m’étonne, dans un endroit comme le Québec, d’avoir des gens qui s’opposent à un investissement massif dans des services publics pour une plus grande égalité des chances. C’est quand même quelque chose...», a-t-il dit.

 Manque d’espace 

 De son côté, le président de la Fédération des commissions scolaires du Québec, Alain Fortier, a fait valoir au Québec Matin qu’il manque déjà d’espace et de personnel dans le réseau scolaire. 

 «Il y a des endroits où il n’y a absolument pas d’espace pour loger des maternelles 4 ans. Nous, notre rôle comme commission scolaire, c’est d’accueillir tous les élèves qui rentrent chez nous et leur donner le service nécessaire. Et, pour ça, il faut être capable de le faire», a affirmé M. Fortier. 

 La maternelle 4 ans a d’abord pour but, selon le gouvernement, de stimuler les enfants pour les accompagner dans leur développement. M. Fortier juge cependant que la maternelle 4 ans est un outil parmi d’autres et que le réseau des CPE pour aussi remplir ce mandat.