/entertainment/shows
Navigation

Patrick Bruel au Québec à l’automne

Sa nouvelle tournée connaît un succès fulgurant en Europe

Patrick Bruel a accordé une entrevue exclusive au Journal à Paris, la semaine dernière, pour annoncer les dates québécoises de sa nouvelle tournée, Ce soir on sort....
Photo Sandra Godin Patrick Bruel a accordé une entrevue exclusive au Journal à Paris, la semaine dernière, pour annoncer les dates québécoises de sa nouvelle tournée, Ce soir on sort....

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Patrick Bruel retrouvera les scènes québécoises cet automne, après presque cinq ans sans être venu nous voir avec ses propres chansons. Après s’être consacré au répertoire de Barbara, sa nouvelle tournée, Ce soir on sort..., traversera l’Atlantique en novembre prochain.

Le chanteur sera de passage au Centre Bell le 6 novembre, et au Centre Vidéotron trois jours plus tard, le 9 novembre. Deux spectacles qui souligneront ses 30 ans d’amour avec les Québécois.

«Le Québec, dans ma tournée, c’est une priorité», a-t-il confié d’emblée au Journal, la semaine dernière, entre deux réunions chez Sony Music France.

Le Journal a assisté au lancement survolté de la tournée de près de 80 dates en Europe, presque toutes à guichets fermés. La Bruelmania reprend son souffle: plus de 450 000 billets ont déjà trouvé preneurs, du jamais-vu, concède-t-il.

Un tel enthousiasme, «ça ne m’était jamais arrivé à ce point-là, estime Bruel. Dans notre métier, tu récoltes toujours les fruits du match précédent. Si tu les déçois, ils ne viendront pas la fois d’après. Aujourd’hui, ils ne viennent pas pour ce spectacle-là : ils viennent pour ce qu’il y a eu avant.»

Une grosse production

Patrick Bruel retrouve les planches avec un spectacle d’envergure conçu pour les plus grands amphithéâtres, à l'image des grands concerts auxquels il nous a habitué.

Avec cinq immenses écrans qui se déploient, des projections ultramodernes et une entrée en scène spectaculaire, «on a fait entrer l’urbain dans mon univers, a-t-il souligné. C’est gros, très gros».

Jamais il n’avait déployé autant de moyens technologiques. «On se devait d’avoir un spectacle à la hauteur des attentes, a-t-il ajouté. J’ai attaqué le show avec beaucoup d’appréhension. Je n’ai pas dormi les quatre nuits précédant le spectacle. Et la réponse est tellement fulgurante, tellement folle.»

Toutes les nouvelles chansons

Mais pour mieux apprécier le concert, mieux vaut avoir écouté son plus récent disque, Ce soir on sort..., lancé il y a quelques mois. Alors que les artistes de sa trempe qui sortent un nouvel album choisissent d’y intégrer trois ou quatre chansons dans leur spectacle, Patrick Bruel a l’audace de presque toutes les interpréter.

Force est de constater que les nouvelles pièces, taillées sur mesure pour la scène, s’imbriquent exceptionnellement bien dans son répertoire de hits, ceux-ci revisités sous le signe de la modernité.

Chacune est revêtue d’une mise en scène propre à son univers et de projections très contemporaines. Et le public chante en chœur, de façon étonnante, pratiquement toutes les nouvelles pièces, livrées avec la même force d’interprétation que les plus grands succès. Qu’il fait tous, rassurez-vous.

Sa performance de plus de deux heures et demie est plutôt généreuse. «Pas question d’un court concert», nous dit l’interprète de Casser la voix, quoique le défi est «d’être bon pendant longtemps».

Les deux pièces écrites par Pierre Lapointe font partie de la tournée. Arrête de sourire fait même partie des moments forts de la soirée. «Les deux chansons de Pierre, c’est fou comme elles passent.»


Patrick Bruel sera en spectacle le 6 novembre au Centre Bell et le 9 novembre au Centre Vidéotron, à 20 h. Les billets sont en vente vendredi dès midi.