/misc
Navigation

SNC-Lavalin : ses margoulins se sortent du crottin. Merci le DPCP!

SNC-Lavalin : ses margoulins se sortent du crottin. Merci le DPCP!
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

«Too big to fail.» Vous vous rappelez de l’expression utilisée alors que l’administration Obama en 2008 avait sauvé de faillite de grandes institutions financières malgré leurs maquignonnages. Elles ne devaient pas tomber à cause des conséquences économiques que cela entrainerait. Obama poussa même l’indulgence plus loin en ne poursuivant pas les tripoteurs de Wall Street qui avaient agencé les montages financiers qui avaient provoqué le désastre. «To big to jail?»  

On vit aujourd’hui cette situation au Québec avec SNC-Lavalin et certains de ses dirigeants. Qu’est-ce qu’on entend?: «On ne peut pas sévir contre ces criminels, ça va nuire à l’économie, faire perdre des jobs». «Faut faire la part des choses, y’a des fois c’est mieux de regarder dans l’autre direction». «La morale, l’intégrité, l’honnêteté c’est bien beau, mais... Voilà où nos en sommes au Québec en tant que société.    

Criminellement impliquée dans la magouille de plus de 20 millions de dollars entourant le centre de santé de McGill, SNC-Lavalin va pourtant continuer de gérer le partenariat public-privé dont elle a la responsabilité. Québec dit ne pas avoir le choix. Son président, Pierre Duhaime, accusé de 16 chefs d'accusation, notamment de complot, de fraude et d’abus de confiance se reconnait coupable d’un seul après on ne sait quelles tergiversations au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Il ne reçoit que des tapes sur les doigts pour des crimes qui méritaient de longues années de prison. Vous avez vu son sourire railleur en sortant du tribunal? Il ne manquait que le doigt d’honneur!    

Je vous rappelle que le criminel Pierre Duhaime en 2011 avait contesté les conclusions du rapport Duchesneau sur les magouilles dans la construction. Superbe, il avait lancé: «Chez SNC-Lavalin, ça n’existe pas». Et lorsqu’il avait été forcé de démissionner à cause du scandale du CUSM, le conseil d’administration de SNC-Lavalin avait proclamé que son départ précipité n’impliquait aucune conduite inacceptable de sa part. Mieux, on l’a félicité pour son excellent travail le récompensant d’une indemnité de départ de 4,9 millions de dollars. Sa présidence avait pourtant été marquée par une baisse de 21 % des bénéfices et une chute de 14 % de la valeur de l’action.    

Pas besoin d’être aussi cynique et désabusé que moi pour comprendre que Duhaime sait dans quels placards sont cachés tous les squelettes de SNC-Lavalin et de ses dirigeants et que son silence valait, et vaut encore, son pesant d’or. Après son arrestation, SNC-Lavalin a dit avoir cessé de lui verser sa «prime de séparation». Bravo! Mais a-t-elle récupéré l’argent déjà versé?    

Dans les jours qui ont précédé son départ, je rappelle aussi qu’une enquête interne avait découvert que Duhaime avait indûment autorisé le versement, via des paradis fiscaux, de 56 millions de dollars sans pièces justificatives à des «agents» travaillant pour SNC-Lavalin.    

Et maintenant, la cerise sur le gâteau. Un autre ancien patron de SNC-Lavalin soupçonné d’avoir versé des millions en pots-de-vin en Libye, Sami Bebawi et son avocat ont vu des accusations d’entrave à la justice et d’extorsion portées contre eux être écartées en raison de «délais déraisonnables». Ils étaient accusés d’avoir tenté de corrompre (sur ordre de qui?) un autre ex-patron de SNC-Lavalin, Riadh Ben Aïssa, qui collaborait avec l’enquête la GRC sur l’entreprise.    

Le tribunal a matraqué le DPCP «... un navire sans capitaine qui dérive lentement, mais inexorablement vers un récif» écrit le juge Guy Cournoyer dans son jugement. Il ajoute que «si on tient compte de la gravité de l’infraction en cause, [...] une telle situation apparaît inconcevable et inexplicable». Le juge souligne qu’il a fallu deux ans avant la simple tenue d’une enquête préliminaire. 

Il y a quelque chose qui ne va pas au DPCP. On pourrait essayer d'en savoir plus en lançant une enquête de l’Assemblée nationale. Et comment faire pour déclencher ça rapidement? Les MÉDIAS! Je lance ici un appel à la délation. Un appel aux lanceurs d’alerte. Contactez votre journal favori.