/sports/opinion/columnists
Navigation

Deux régions qui ont beaucoup à offrir

Les sentiers des régions Mauricie/Centre–du-Québec vous offrent la possibilité de circuler autant dans les plaines du Saint-Laurent qu’en forêt, qui vous mèneront à des sites très intéressants.
Photo courtoisie Les sentiers des régions Mauricie/Centre–du-Québec vous offrent la possibilité de circuler autant dans les plaines du Saint-Laurent qu’en forêt, qui vous mèneront à des sites très intéressants.

Coup d'oeil sur cet article

Les régions Mauricie/Centre–du-Québec ont développé au fil du temps une expertise motoneige qui assure aux amateurs de trouver ce qu’ils recherchent.

« Notre territoire permet de découvrir les deux côtés du fleuve Saint-Laurent et la vallée de la rivière Saint-Maurice », explique le représentant de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ), responsable de ces régions, Réal Camiré.

« En parcourant les sentiers de ces deux pôles, on comprend rapidement la diversité de la nature québécoise, que seule la motoneige permet de découvrir », ajoute-t-il.

Dans les sentiers de la Mauricie, au nord du Saint-Laurent, vous découvrirez une partie du massif laurentien et du Bouclier canadien, avec leurs anciennes montagnes. À l’opposé, sur la rive sud, dans le Centre-du-Québec, le relief plus plat de la vallée du Saint-Laurent permettra d’atteindre les Appalaches. Sur la rive nord, vous allez traverser une forêt mixte, alors que sur la rive sud, vous roulerez en grande partie dans les plaines agricoles du secteur.

CENTRE-DU-QUÉBEC

Cette région compte neuf clubs de motoneige qui entretiennent 1277 km de sentiers. Ils permettent de choisir entre les sentiers plats de la vallée du Saint-Laurent ou les sentiers plus montagneux des contreforts des Appalaches.

Vous avez la possibilité de faire plusieurs circuits en marguerite, vous permettant de découvrir différents sites, sans jamais revenir par le même sentier.

Ces circuits peuvent se faire à partir d’un même site d’hébergement.

Les sentiers permettent aussi d’atteindre des points de vue à couper le souffle, en utilisant des installations adaptées comme la passerelle de Victoriaville.

Plusieurs établissements de haute qualité dans la région sont ouverts aux motoneigistes avec des sentiers d’accès.

On peut citer en exemple l’Hôtel Montfort qui offre, entre autres, des randonnées dans une ancienne autoneige de type B12. On peut aussi penser au Manoir du lac William ou à l’Auberge Godefroy.

Pour en savoir plus : 1 888 816-4007.

LA MAURICIE

Sur la rive nord, à mi-chemin entre Montréal et Québec, au nord de Trois-Rivières, jusqu’à La Tuque et le réservoir Gouin, les sentiers de la Mauricie comptent 1962 km, dans des conditions excellentes.

Ce ne sont pas les attraits qui manquent avec la pêche aux poissons des chenaux à Sainte-Anne-de-la-Pérade (sentier 351), la réserve faunique de Mastigouche (sentiers 23 et 360), les pourvoiries de Clova, Parent et La Tuque (sentier 83), le réservoir Gouin (sentier 83) ou la passerelle de la rivière Bulstrode, accessible via le sentier 65.

En Mauricie, on retrouve également neuf relais de très grande qualité qui sont dédiés à la motoneige et qui offrent des conditions très intéressantes.

Parmi ceux-ci, on peut penser à la Pourvoirie du Lac Blanc de Saint-Alexis-des-Monts. Facile d’accès, ce site offre de nombreux services comme l’essence, un enclos fermé et un garage, la surveillance vidéo, un gardien de sécurité 24 heures et la location de motoneiges.

Il y a aussi l’Hôtel Marineau de Matawin, la pourvoirie du barrage Gouin et Magnan ou encore le célèbre hôtel en bois rond, le Sacacomie.

Si vous vous rendez sur la carte interactive du site du Pays de la motoneige, vous serez en mesure de découvrir la région et de simuler votre itinéraire. Pour en savoir plus : 1 800 567-7603.

En unissant leurs forces, ces deux régions ont réussi à devenir un immense terrain de jeu pour les amateurs de motoneige qui recherchent l’aventure, le confort, la sécurité et des sentiers de grande qualité. À vous de les découvrir !

 

Patience

Avec les deux grosses tempêtes de neige que le Québec a connues la semaine dernière, il se peut fort bien que les bénévoles des clubs de motoneige aient manqué de temps pour entretenir les sentiers. Il faut être patients et leur laisser le temps de travailler avec les surfaceuses, dans des conditions très exigeantes la plupart du temps. Nous abordons une longue période sans chute de neige, selon les experts de la météo. Cela leur donnera le temps de terminer leur travail et de vous offrir ce qu’il y a de mieux, au cœur de cet hiver très spécial.

 

Les cinq S

En ce mois de février, qui se veut toujours le plus actif de la saison, il est impératif que vous observiez la devise des cinq S qui est véhiculée depuis longtemps par la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec. Il est donc conseillé de Sillonner les sentiers balisés à la vitesse indiquée, de S’abstenir de boire et conduire, de Serrer à droite en tout temps, de S’immobiliser aux traverses de route et de Suivre en respectant une distance raisonnable. Présentement, en plus des motoneigistes habitués, de nombreux touristes moins expérimentés circulent dans les sentiers. Il faut redoubler de prudence.

 

Courses

Demain, le club de motoneige de Beauceville tiendra une compétition de courses d’accélération sur neige, au relais du club (info@clubmotoneigebeauceville.ca). Samedi, le circuit de snowcross SCMX Camions Dubois tiendra la quatrième tranche de son championnat à Saint-Henri-de-Lévis. Pour en savoir plus : www.scmxsnocross.com. La même journée, il y aura des courses d’accélération sur neige en Abitibi, organisées par le club Abitibi-Ouest. Pour informations : 819 333-4387.

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions