/news/politics
Navigation

Après les avoir dénoncés, Legault trouve des qualités aux trop-perçus d'Hydro

Après les avoir dénoncés, Legault trouve des qualités aux trop-perçus d'Hydro
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir dénoncé cette «taxe déguisée», François Legault trouve maintenant des mérites aux trop-perçus d’Hydro-Québec.

Hydro-Québec continue d’encaisser les trop-perçus, qui ont atteint 182 millions $ l’an dernier, révèle Le Journal. Le gouvernement Legault, qui exigeait dans l’opposition de rembourser les Québécois pour cette «taxe déguisée», conservera tout de même près de 35 % de cette somme. L'autre portion sera restituée au moyen d'un mécanisme de traitement des écarts de rendement. L’outil a été mis sur pied en 2017 par le gouvernement libéral et force Hydro-Québec à remettre au moins 50 % des trop-perçus.

Mais pourquoi ne pas tout redonner aux citoyens, comme la CAQ l’a longtemps demandé? «Il faut qu’il reste un incitatif à Hydro-Québec pour faire un gain d’efficacité», plaide maintenant François Legault. «Si 100 % des gains sont remboursés, il n’y a plus d’incitatif», a-t-il ajouté. Ainsi, sans trop-perçu, Hydro-Québec ne serait plus motivée à réduire ses dépenses et à contrôler ses coûts.

Autre argument: cet argent revient au gouvernement et finance les services publics, il se retrouve donc indirectement dans les poches des citoyens. «Si Hydro-Québec fait des gains d’efficacité, la moitié est remise aux citoyens, et la moitié qui est remise au fonds général du gouvernement qui appartient aux citoyens. Les surplus sont redonnés au Québécois directement ou indirectement», a plaidé M. Legault.

Incohérence caquiste

Les partis d’opposition n’ont pas raté cette occasion pour souligner l’incohérence caquiste. «Ce que je trouve étonnant, c’est que la CAQ pendant des années a dit : on va tout remettre les surplus. C’est silence radio depuis qu’ils sont au pouvoir. Ils ne font pas ce qu’ils ont dit qu’ils allaient faire», a dit Pierre Arcand, qui était lui-même une cible de prédilection de la CAQ lorsqu’il était ministre de l’Énergie du gouvernement Couillard.

Le chef intérimaire du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand
Photo Simon Clark
Le chef intérimaire du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand

Dans l’opposition, François Legault a souvent laissé entendre que les trop-perçus d’Hydro-Québec n’étaient pas l’œuvre d’un mauvais calcul, mais d’une «commande du gouvernement libéral».

Des calculs effectués par la CAQ démontraient qu’entre 2008 et 2016, les Québécois avaient payé 1,5 G$ de plus que ce qu’ils auraient dû sur leur facture d’électricité, soit environ 350 $ par client. La CAQ avait d’ailleurs lancé une pétition pour demander au gouvernement Couillard de rembourser ces sommes.

Au pouvoir, François Legault dit maintenant qu’il n’est pas possible de le faire, car «ça ferait 1,5 milliard $ de moins de revenus pour le gouvernement».

De son côté, la société d’État soutient que ses clients «n’ont rien payé en trop». «Nous facturons nos clients selon les tarifs approuvés par la Régie de l'énergie et rendus publics chaque année, pas un cent de plus», affirme Hydro-Québec, qui s’oppose à l’usage du mot «surfacturation». Elle souligne que les trop-perçus correspondent à l’écart entre ses coûts projetés, qui servent à l’établissement des tarifs, et ses coûts réels comptabilisés en fin d’année.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.