/finance/business
Navigation

Une usine de cannabis de 100 M$ prend forme à Saint-Eustache

L’usine de 88 000 pieds carrés de Verdélite va créer à terme près de 140 emplois

Des employés de l’usine de Verdélite à Saint-Eustache travaillent sur une des machines qui sert à l’emballage. L’usine des Laurentides aura 23 salles de production de cannabis.
Photo Stéphane Sinclair Des employés de l’usine de Verdélite à Saint-Eustache travaillent sur une des machines qui sert à l’emballage. L’usine des Laurentides aura 23 salles de production de cannabis.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-EUSTACHE | Un producteur de cannabis médical de la Colombie-Britannique a fait état mercredi de l’avancement des travaux de son usine de production de 100 millions $ à Saint-Eustache, près de Montréal, qui sera opérationnelle à 100 % cet été.

Verdélite, propriété de la compagnie Emerald de la Colombie-Britannique, créera 140 emplois à terme dans son usine et produira annuellement 50 000 kg de cannabis séché destiné à des fins médicinales et récréatives.

« On vise clairement à fournir la SQDC d’ici la fin de l’année et des discussions ont lieu avec la société d’État. Nous nous sommes installés au Québec clairement dans le but de fournir le marché québécois. C’est le deuxième plus gros marché au Canada », a expliqué Thierry Schmidt, directeur général de Verdélite.

L’investissement de 100 millions $ sur un an permettra d’avoir 23 salles de production de cannabis, une salle de séchage de la marijuana, 12 salles d’emballage, de transformation et un laboratoire de recherche qui servira à développer des produits à base de cannabis. L’usine de 88 000 pieds carrés compte devenir opérationnelle à 100 % d’ici cet été.

Achetée en mai dernier, l’usine, qui ne possédait qu’un permis de Santé Canada, a été transformée dans le but de devenir un centre de production intégré horizontalement dans la culture du cannabis et dans la production de produits dérivés tels que de l’huile de cannabis en passant par des produits mangeables, comme des bonbons au THC, dès que la loi le permettra.

Sécurité de type militaire

Le Journal a pu visiter les installations de production de la compagnie. La sécurité y est omniprésente. Les couloirs et les salles sont remplis de caméras de surveillance comme on peut en voir dans des usines de production de matériel militaire. Il faut revêtir des vêtements spéciaux puisque les unités de production sont de grade pharmaceutique.

On peut apercevoir dans les salles de floraison des centaines de coccinelles autour des milliers de plants de cannabis.

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

« Les coccinelles sont des prédateurs naturels qu’on utilise pour protéger nos plants, alors ne soyez pas surpris d’en voir pendant la conférence de presse », a expliqué avec humour le directeur général de la compagnie.

Les salles sont éclairées par des dizaines de lampes spéciales qui produisent autant de chaleur que de lumière. « Ces plants ont besoin de 12 heures d’ensoleillement par jour. On n’a pas besoin de chauffer quand les lumières sont allumées », explique Yan Dignard, directeur du développement des installations.

Les dirigeants de Verdélite n’ont pas voulu révéler la part de marché qu’ils comptent prendre dans les prochaines années.

 

Profil de l’entreprise

  • Verdélite, propriété de la compagnie Emerald Health Therapeutics, la société mère, un producteur canadien autorisé de cannabis
  • Emerald Health Therapeutics est cotée à la Bourse de croissance de Toronto sous le sigle EMH
  • L’action a clôturé mercredi à 3,69 $