/finance/news
Navigation

Pourquoi la Caisse de dépôt fait mieux que vous avec votre argent?

1506.i033.065.S.m003.c13.banner book
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Les récents résultats des rendements de la Caisse de dépôt et placement du Québec ont de quoi étonner. En 2018, une grande majorité des lecteurs du Journal ayant des placements en bourse ou via des FNB et des fonds communs de placement ont plutôt obtenu des résultats négatifs.

Au même moment, l’équipe de Michael Sabia a réalisé une croissance de +4,2 %.

À première vue, on serait porté à croire que c’est très ordinaire.

Il n’en est rien.

Si on compare cette performance aux régimes de retraite canadiens, c’est près de 5 % de mieux.

Le suivi des fonds de pension, effectué année après année par la RBC, fait état d’un rendement moyen de -0,7 % pour 2018. La Caisse affiche un résultat annuel moyen sur 5 ans de +8,4 %.

Là où c’est encore plus significatif, c’est lorsqu’on compare les résultats de la Caisse avec les portefeuilles des particuliers.

Selon la firme de recherches Morningstar, dans la catégorie des portefeuilles équilibrés mondiaux neutres (celle qui peut le plus ressembler à la composition des actifs de la Caisse de dépôt et placement du Québec), la moyenne de rendement fut de -3,04 % en 2018.

La Caisse a donc offert aux Québécois +7,06 % en valeur ajoutée.

Quant aux portefeuilles équilibrés composés principalement d’actifs canadiens, la valeur ajoutée est de près de +8,5 %.

Wow.

Mais qu’est-ce qui vous manque ?

Pourquoi les portefeuilles du commun des mortels ne sont pas aussi performants que celui de la Caisse de dépôt et placement ? Il y a plusieurs bonnes raisons. Elles tiennent dans le comportement des investisseurs et dans la composition des actifs.

D’abord, contrairement à l’investisseur moyen, l’équipe de gestion de la Caisse a un plan de match et le respecte. Elle vise le long terme et ne se laisse pas influencer par les manchettes négatives des journaux et les tweets hargneux de Donald Trump. La Caisse ajuste constamment le contenu de son portefeuille en fonction des tendances économiques et des nouvelles opportunités. Elle a notamment investi dans la catégorie très prometteuse des « fintechs » (sociétés technologiques de solutions financières).

En général, un particulier va investir dans les actions et obligations canadiennes et internationales, puis se garde une partie oscillant entre 5 et 15 % en liquidité. Le portefeuille de la Caisse fait aussi des investissements dans ces catégories, mais a également des parts significatives dans les actifs réels. Elle en a pour plus de 61 milliards $, soit près de 20 % de son actif colossal de 309 milliards $. Cette catégorie comprend l’immobilier commercial (+7,8 % en 2018) et les infrastructures comme l’énergie solaire et éolienne, les autoroutes, les ponts, les aéroports, les usines de traitement de l’eau, etc. Ce secteur nous a rapporté +11,2 % l’an dernier.

Ce n’est pas tout. La Caisse a également étendu ses participations dans les stratégies boursières alternatives qui parviennent à faire des gains lorsque la Bourse se replie et dans les placements dits privés. Elles possèdent donc des titres de sociétés FERMÉES au grand public. Cette dernière catégorie lui a rapporté un rendement extraordinaire de +16,6 %.

On comprend ainsi que la Caisse a une diversification d’actifs bien plus étendue que vous et moi. Donc, si vous voulez que vos rendements y ressemblent un jour, assurez-vous d’avoir un portefeuille savamment diversifié qui touche en partie à l’immobilier commercial, aux infrastructures et à la technologie.

Pourquoi pas des fonds CDPQ ?

À la lumière de ses résultats flamboyants, on ne peut qu’espérer voir un jour des fonds offerts au public calquant le portefeuille principal de la Caisse. Je suis convaincu que si Épargne Placements Québec offrait sur le marché des fonds communs ou des FNB CDPQ Croissance Québec, le succès serait au rendez-vous.

Un REER et un CELI CDPQ ? Certainement !

Conseils

  • Si vous avez des objectifs à très long terme, investir une petite portion dans les technologies innovantes pourrait convenir
  • Rééquilibrez régulièrement votre portefeuille en fonction des tendances à long terme et non en fonction du passé
  • Visez le long terme et restez investis en tout temps
  • Les solutions de portefeuilles gérées sont plus diversifiées que les fonds équilibrés ou que la gestion de titres individuels
  • Ajoutez des actifs RÉELS peut limiter les risques et augmenter les rendements

Fabien Major est planificateur financier pour Major Gestion Privée Inc. de Gestion financière Assante ltée.