/weekend
Navigation

À la recherche des Tables de la Loi

Hervé Gagnon
Photo Chantal Poirier Hervé Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

Le romancier Hervé Gagnon, maître du thriller ésotérique, plonge à nouveau dans l’univers mystérieux et secret des cathares dans le deuxième tome de la série Vérité, La Terre promise. Dans ce récit mordant, les personnages se promènent entre le 13e siècle et la Seconde Guerre mondiale, période où les nazis s’intéressaient de très près à l’occultisme.

Suite très attendue de la série Damné, vendue à plus de 160 000 exemplaires, Vérité ramène des personnages clés et leur fait vivre une grande quête de vérité. Sept siècles après l’épopée de Gondemar de Rossal, l’aventure se poursuit avec la plume mordante et l’érudition d’Hervé Gagnon.

Après avoir réussi à mettre la main sur des documents délicats remettant en cause la légitimité de l’Église catholique, Roland Sentenac pense avoir accompli sa mission. Toutefois, nous sommes au 20e siècle et les dirigeants du Troisième Reich, dans toute leur folie, cherchent activement les Tables de la Loi.

Himmler et ses acolytes sont convaincus qu’elles existent et font des efforts considérables pour les retrouver, menant des missions au bout du monde.

Alertés, les Sages de Sion n’ont pas le choix : ils doivent eux aussi se lancer dans cette quête et demandent l’aide de Roland et de sa comparse Anna, une femme amnésique. L’équipe devra faire vite, car les nazis sont déterminés à prouver la suprématie de leur prétendue civilisation.

Les cathares

Hervé Gagnon a fait quatre tomes avec les secrets des cathares dans la série Damné, laquelle se déroulait au début du 13e siècle, dans le sud de la France. « C’est la série qui m’a fait connaître en France et qui a beaucoup vendu », note-t-il.

« J’avais plaqué mon histoire sur la croisade contre les cathares, concentrés dans la ville d’Albi. C’était une secte hérétique, comme il y en avait plein à cette époque. À leurs yeux, l’existence humaine n’avait qu’un but : se libérer de la matière pour retourner à la lumière divine. »

C’est ce qu’il fait vivre à Roland Sentenac, héros de Vérité. « Je reprends le secret qui a été découvert et recaché dans Damné – la lettre qui prouvait que Jésus n’était pas mort sur la croix. Je voulais aussi ramener un élément de parcours personnel. »

Parallèlement à une quête matérielle – dans ce cas, les Tables de la Loi –, il y a une quête initiatique.

« C’est une sorte de voyage intérieur. Le personnage doit s’apprendre lui-même et se défaire des carcans de ses conditionnements, de ses misères, des gestes qu’il a posés. Il doit faire sa propre démarche et s’humaniser en cours de route. »

Destin commun

Les personnages ont un destin commun, même si sept siècles les séparent, et ils se retrouvent dans un lieu mystérieux. « Appelons ça l’Enfer, où je ne sais pas où, mais à cet endroit, le temps n’existe pas. Je ne pouvais pas ramener Gondemar dans le présent de Roland, mais je pouvais créer un lieu où ils se rencontreraient. »

Les nazis

Hervé Gagnon rappelle dans le roman l’obsession d’Himmler et des nazis pour les textes anciens, les sciences occultes et l’ésotérisme en tout genre. « Il y avait une section de la Schutzstaffel (les SS) qui était consacrée uniquement à ces recherches-là. C’est intéressant en maudit ! », dit-il.

Selon une tradition occulte et une vieille légende retracée par l’auteur, la fameuse Arche d’Alliance que tout le monde cherche serait encore en Éthiopie à ce jour, volée du Saint des Saints du temple de Salomon par le fils de la reine de Saba.

« Chaque année, il y a une célébration religieuse dans les églises éthiopiennes, où les fidèles promènent dans la rue une réplique de l’Arche d’Alliance. Il y a de vieux prêtres qui disent que la vraie existe, mais qu’ils ne la sortent pas. »


► En librairie le 27 février.

► Hervé Gagnon est né à Chicoutimi. Il détient un doctorat en histoire et une maîtrise en muséologie.

► Il a œuvré dans la mise en valeur du patrimoine et l’enseignement universitaire et se consacre maintenant à l’écriture.

► On lui doit les séries Damné, Vengeance et Maléfica.

 

EXTRAIT

<b><i>Vérité, tome 2 : La Terre promise</i></b><br />
Hervé Gagnon<br />
Éditions Hugo et Cie, environ 400 pages.
Photo courtoisie
Vérité, tome 2 : La Terre promise
Hervé Gagnon
Éditions Hugo et Cie, environ 400 pages.

« Le fait que le hasard n’existait pas était déjà établi. Roland Sentenac savait mieux que personne que, pour Métatron et son maître, le temps n’était qu’une abstraction, une illusion humaine qu’ils transcendaient à volonté. Dieu n’avait-il pas créé le temps comme tout le reste de ses caprices ? De toute évidence, il ne se privait pas d’en jouer, tel un musicien fou qui, seul, trouvait un air dans son chahut.

Il détailla la silhouette de corbeau. Le dessin était rigoureusement identique à l’un de ceux dont Yoha le Sourd avait orné sa prophétie, sept siècles plus tôt. »

– Hervé Gagnon, Vérité, tome 2 : La Terre promise, Éditions Hugo et Cie